Boucher se fait entendre

Craig Anderson a bloqué 40 des 42 lancers... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Craig Anderson a bloqué 40 des 42 lancers dirigés vers lui dimanche contre Minnesota.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE/ Le quinzième match de la saison a été joué. L'échantillon est assez important. On peut commencer, tranquillement, à tirer des conclusions.

L'effet Guy Boucher se fait bel et bien sentir à Ottawa.

La direction des Sénateurs a enfin trouvé un entraîneur capable d'inculquer un peu de rigueur aux joueurs. Après des années d'essais pas très fructueux, il était temps.

Imaginez un peu. Les Sénateurs n'ont pas connu un seul match de plus de deux buts depuis le 25 octobre. 

Depuis, ils ont joué neuf parties. Dans ces neuf parties, ils ont marqué tout juste 14 buts. Ils ont quand même réussi à conserver une fiche plus que respectable de 5-3-1.

Et on ne peut même pas dire que Craig Anderson fait tout le travail tout seul.

« C'est évident. Les gars m'impressionnent. On sent la frustration grimper en ce moment parce que plusieurs joueurs ne sont pas vraiment satisfaits de leurs statistiques. Il serait facile pour certains de se mettre à tricher pour obtenir plus de chances de marquer. Ils ne le font pas. Ils maintiennent le cap et ils continuent de respecter le système de jeu qui nous permet de connaître du succès », a résumé le gardien après le revers de dimanche.

C'était son 10e match de la saison. Pour la première fois, il a fait face à un barrage d'une quarantaine de lancers.

•••

Une citation d'Erik Karlsson, la semaine dernière, a capté mon attention. Les Sénateurs étaient sur le point de s'envoler vers Nashville, pour y affronter P.K. Subban. 

Forcément, si l'équipe joue mieux défensivement, son joueur de concession joue mieux défensivement. Les deux vont ensemble, forcément.

« Peut-être que les gens me remarquent davantage maintenant? Je ne sais pas. Moi, je pense que mon jeu défensif est bon depuis plusieurs années », a-t-il répondu.

Vous savez quoi? Il a raison. Il n'a pas raison sur toute la ligne, mais il a raison.

J'ai toujours cru que la réputation de Karlsson est surfaite.

Parmi tous ces gens qui répètent depuis des années qu'il est nul défensivement, peuvent être réparties dans deux grandes catégories. Il y a d'abord ceux qui ne connaissent pas grand-chose au hockey. Il y a ensuite ceux qui s'y connaissent, mais qui ne regardent pas ce qui se passe à Ottawa d'assez près.

Karlsson ne fait rien d'exceptionnel depuis le début de la saison.

En fait, si. Ce qui nous semble exceptionnel, c'est la constance dans son jeu.

Dans le passé, il était fiable quand ça faisait son affaire. Cet automne, il est fiable, tout le temps.

Un joueur d'expérience m'a confirmé ce que je pensais la semaine dernière. En ce sens, que l'attitude de Boucher a changé bien des choses dans le vestiaire. 

J'ignore si l'expression hardass a son équivalent dans le dictionnaire de slang francophone. Mais le joueur à qui j'ai parlé a utilisé cette expression pour décrire le style très autoritaire du nouveau pilote. 

Après avoir tenu tête à quatre entraîneurs différents au cours de ses huit premières années dans la LNH, il semble finalement prêt à se conformer.

•••

Mike Condon a étrenné son nouveau masque aux couleurs des Sénateurs, dimanche.

Certains partisans de longue date ont une impression de déjà-vu. L'artiste montréalaise Sylvie Marsolais a produit une réplique quasi-parfaite du masque que portait le valeureux Ron Tugnutt vers la fin des années 1990.

Le logo original de l'équipe, avec le centurion de profil, est bien en évidence sur le front du nouveau gardien de buts numéro deux.

Je ne crois pas au hasard.

Les Sénateurs ont l'intention de célébrer leur 25e anniversaire en 2017.

Les célébrations débuteront dans la deuxième moitié de la saison 2016-2017. Elles s'étireront jusqu'au milieu de la saison 2017-18.

Un petit mouvement a pris naissance, il y a quelques années, dans les réseaux sociaux. Des fans, assez nombreux et assez bruyants, demandent à l'organisation de revenir aux uniformes originaux.

Je pense, comme eux, que ce serait une bonne idée.

Après 10 ans, une petite refonte de l'image de marque ne ferait certainement pas de tort.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer