Début inespéré pour les Sabres

Robin Lehner présentait une fiche de 4-3-1 avant... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Robin Lehner présentait une fiche de 4-3-1 avant la rencontre de lundi soir.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE - DANS LA LNH / On leur accordait déjà peu de chances de s'en tirer avec une formation complète. Quand les Sabres de Buffalo ont perdu leurs deux attaquants les plus dangereux avant même le match inaugural de la saison, on a déduit qu'ils passeraient une autre saison dans la cave du classement.

Pourtant, après quatre semaines d'activité dans la Ligue nationale de hockey, les Sabres parviennent à se maintenir dans la course. Ils ne font rien d'extravagant. Rien pour se hisser parmi les belles surprises de l'automne 2016. Mais ils gagnent aussi souvent qu'ils perdent.

Sans Evander Kane. Sans Jack Eichel. Faut le faire.

Le pire, c'est que le reste de l'équipe n'est pas satisfait de courir au beau milieu du peloton.

« Nous ne sommes définitivement pas satisfaits », lance le vétéran attaquant Brian Gionta.

« Nous avons perdu quelques matches que nous aurions facilement pu gagner. Je ne connais personne qui est heureux de jouer pour ,500. Nous devons faire mieux. Nous pouvons faire mieux », ajoute l'ancien capitaine du Canadien de Montréal.

Gionta digère mal certains revers encaissés alors que son équipe détenait l'avance en troisième période. C'est arrivé le 18 octobre, à domicile, contre les Flames de Calgary. Le scénario s'est répété une semaine plus tard, jour pour jour, à Philadelphie.

Ce soir-là, les Sabres menaient par trois buts au début de la troisième période. Ils se sont finalement inclinés dans les tirs de barrage.

« Nous sommes en train d'apprendre. Je ne sais pas trop si la jeunesse est responsable de nos erreurs. Nous avons peut-être besoin d'apprendre, en tant qu'équipe, à mieux protéger nos avances en fin de match », complète le vétéran qui, d'un point de vue individuel, n'a pas trop à se reprocher.

On répète constamment que la LNH est une ligue qui rajeunit.

À 37 ans, Gionta a inscrit six points à ses 10 premiers matches de la saison. Il s'agit de son meilleur début de saison depuis 2008.

« Je suis bien content de pouvoir contribuer aux succès de l'équipe », dit-il.

« Au fond, ce que je pense, c'est qu'on se balance bien de ce que l'opinion des gens à l'extérieur de Buffalo. Dans le vestiaire, la confiance est bonne. Nous ne parlons pas des blessures. Nous avons plus de profondeur que l'an dernier. Nous avons perdu des matches jusqu'à maintenant parce que nous avons mal réagi dans certaines situations. Nous n'avons pas été déclassés par nos adversaires. »

Les Sabres peuvent rivaliser avec la plupart des autres équipes car leur gardien domine souvent son vis-à-vis.

Robin Lehner a disputé un neuvième match de la saison, lundi, à Boston.

Dans les cinq parties précédentes, il a stoppé 141 des 148 rondelles dirigées vers lui.

Il a perdu beaucoup de poids durant l'été. Ça paraît. Pour un gardien qui aime défier les joueurs adverses, la forme physique constitue un atout précieux.

« Les blessures ne m'ont pas aidé », plaide le Suédois.

« J'ai subi une commotion cérébrale assez sérieuse vers la fin de l'hiver 2015. J'ai passé les mois d'été à m'en remettre. Je ne pouvais pratiquement rien faire. Je ne pouvais pas m'entraîner. Ça m'a nui. »

Lehner est d'avis que les Sabres pourraient l'aider davantage à maintenir une moyenne de buts alloués basse. Son analyse rejoint celle de Gionta.

« La patience pourrait nous aider à mieux compléter nos matches. Nous avons toujours de grosses lacunes. C'est particulièrement criant dans notre territoire. »

Un but comme les autres

Antoine Vermette... (Reed Saxon, Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Antoine Vermette

Reed Saxon, Associated Press

Avec beaucoup de classe, Antoine Vermette a répondu à la question du reporter du Orange County Register. « Ils ont simplement voulu prendre une direction différente. Tout ça, c'est derrière moi », a-t-il déclaré, vendredi soir. Pas question de trop se réjouir, donc, du but qu'il venait de marquer aux dépens de ses anciens coéquipiers. Ce but a pourtant été marqué dans une cause gagnante. Les Ducks d'Anaheim ont vaincu les Coyotes de l'Arizona 5-1, dans leur premier face-à-face de la saison. À 34 ans, Vermette se réjouit simplement de son bon départ. Il a récolté sept points en 13 parties en Californie. « Il a certainement rempli ses promesses », dit l'entraîneur-chef Randy Carlyle, au sujet du vétéran qu'il utilise principalement à titre de centre du troisième trio.

Letang, toujours très important

Kris Letang... (Tony Avelar, Associated Press) - image 5.0

Agrandir

Kris Letang

Tony Avelar, Associated Press

Les Ducks n'ont pas connu une semaine parfaite. Loin de là. Mercredi, ils ont été rossés 5-1 par les Penguins de Pittsburgh. On vous en parle parce que ce match marquait le retour au jeu de Kristopher Letang, après une absence d'une quinzaine de jours. Dans cette rencontre, le quart-arrière a marqué un but, obtenu une mention d'aide et conservé un différentiel de plus trois. « Je ne suis pas surpris. Kris est un des deux ou trois meilleurs défenseurs de toute la ligue, si vous voulez mon avis. Il rend tous ceux qui l'entourent meilleurs », a déclaré l'entraîneur Mike Sullivan au Post-Gazette après cette partie. Letang a terminé au quatrième rang du scrutin pour le trophée Norris, le printemps dernier. Drew Doughty, Erik Karlsson et Brent Burns l'ont devancé.

Drouin se relève lentement

Jonathan Drouin... (Chris O'Meara, Associated Press) - image 7.0

Agrandir

Jonathan Drouin

Chris O'Meara, Associated Press

La bonne nouvelle, c'est que Jonathan Drouin est déjà de retour sur patins. Le dynamique ailier du Lightning de Tampa Bay avait l'air mal en point, mardi dernier, après avoir encaissé une dure mise en échec de Calvin de Haan, dans un match contre les Islanders de New York. Il avait l'air d'un joueur qui venait de subir une commotion cérébrale. Drouin n'a pas accordé d'entrevues, depuis. La direction du Lightning n'a pas donné beaucoup de détails. Elle refuse par exemple de nous dire si elle anticipe une longue ou une courte convalescence. Au moins, Drouin a été vu sur patins. Il s'entraîne parfois en solo, avant ses coéquipiers. « C'est une bonne nouvelle », souligne son entraîneur, Jon Cooper. Drouin a été blanchi à ses quatre dernières parties. Dans les six matches précédents, il a inscrit cinq points.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer