En route pour Pyeongchang 

Maxime Talbot garde les deux pieds sur terre... (Archives Twitter du HC Lokomotiv)

Agrandir

Maxime Talbot garde les deux pieds sur terre sachant que les Jeux olympiques sont encore bien loin. « On est encore loin des Jeux et je refuse de m'emballer autour des spéculations », dit-il.

Archives Twitter du HC Lokomotiv

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE - DANS LA LNH / Il peut se passer bien des choses dans les 464 jours qui nous séparent des Jeux olympiques de Pyeongchang.

C'est pourquoi Maxime Talbot s'efforce de garder les deux pieds sur terre.

L'attaquant québécois était coincé dans une longue file à l'aéroport international de Budapest, lundi matin, quand nous l'avons contacté. Il avait donc tout le temps voulu de bavarder.

Il s'est rendu là-bas à l'invitation des dirigeants de Hockey Canada. 

On lui a offert un court stage d'environ une semaine. Avec d'autres pros du hockey qui gagnent leur vie en Europe, Talbot affrontera l'équipe nationale de Hongrie dans un match amical, plus tard cette semaine. 

Ensuite, les Canadiens mettront le cap sur l'Allemagne pour prendre part au tournoi international, la Deutschland Cup.

C'est tout.

Cette histoire nous intéresse parce que Hockey Canada commence à se préparer sérieusement en prévision de Pyeongchang.

Si jamais les dirigeants de la Ligue nationale de hockey choisissent de ne pas libérer leurs vedettes pour les JO de l'hiver 2018, Talbot et ses amis pourraient obtenir un ticket en première classe pour la Corée du Sud.

« C'est bien ce qui nous est expliqué dans la lettre d'invitation qui nous a été envoyée pour la Deutschland Cup », confirme l'ancien plombier de luxe des Penguins de Pittsburgh.

Tout ça doit être, quelque part, fort stimulant et motivant pour des joueurs qui ont font le sacrifice de s'exiler sur un autre continent pour gagner leur vie grâce au sport.

« On est encore loin des Jeux et je refuse de m'emballer autour de spéculations, réagit l'athlète. Je sais que les négociations entre la LNH et les dirigeants du comité olympique se poursuivent. C'est pourquoi je vais essayer de me concentrer sur le tournoi qui s'en vient, rien de plus. Je vais essayer de faire bonne impression. Je vais travailler dans le but d'aider mon équipe à gagner des matches. Je ne vais certainement pas sauter sur la patinoire en rêvant aux Jeux. »

« D'ailleurs, je ne trouve pas que le mot ''sacrifice'' est bien choisi pour décrire ma situation. Je suis en Europe par choix. Je suis ici et je m'amuse. »

Talbot sera le seul Québécois dans la formation canadienne de 23 joueurs qui prendra part à la Deutschland Cup. 

L'attaquant franco-ontarien Derek Roy fera également partie de la formation qui sera dirigée par un vétéran de la scène internationale, Dave King.

Heureux en Russie

Quand il aura complété sa tournée en Allemagne, Talbot rentrera « chez lui ». Sa famille s'est installée en Russie l'été dernier. Tout se passe bien pour eux là-bas. 

On s'approche déjà de la mi-saison dans la KHL. Son équipe, le HC Lokomotiv de Yaroslavl, occupe le cinquième rang du classement général.

Talbot connaît lui-même un départ intéressant. Il est le deuxième meilleur marqueur de son groupe, avec neuf buts et 15 points au compteur.

« Tout est au-dessus de mes attentes, dit-il.

« Sans dire que je m'attendais au pire, je ne savais pas trop dans quoi je m'embarquais. J'avais fait mes devoirs, je m'étais informé... Et je dirais que tout va bien. Nous avons des médecins, des massothérapeutes, des gérants d'équipement... On nous fournit trois repas le jour des matches. On prend soin de nous. »

« J'ai surtout l'impression de continuer de m'améliorer dans une game qui est un peu différente de celle qu'on pratique dans la LNH. Le verre est à moitié plein. »

Un retour en vue pour Letang?

Kristopher Letang... (Chris O'Meara, Archives AP) - image 3.0

Agrandir

Kristopher Letang

Chris O'Meara, Archives AP

Kristopher Letang a raté les cinq derniers matches des Penguins de Pittsburgh. En fait, il n'a pas joué depuis la visite à Montréal, le 18 octobre dernier. Une mise en échec de Brendan Gallagher aurait aggravé un vieux problème chez lui. Il pourrait cependant revenir au jeu cette semaine, alors que son équipe visite la Californie. « Les choses vont bien. Sinon, je ne serais pas en train de patiner comme ça », a déclaré le quart-arrière au quotidien Post-Gazette, après avoir complété une séance d'entraînement à El Segundo, au complexe d'entraînement des Kings de Los Angeles. Letang, si efficace durant les dernières séries de la coupe Stanley, a récolté seulement deux mentions d'aide à ses quatre premiers matches de la saison. Ses deux points ont été inscrits lors de supériorités numériques.

Giroux mécontent

Claude Giroux... (Derik Hamilton, Associated Press) - image 5.0

Agrandir

Claude Giroux

Derik Hamilton, Associated Press

Claude Giroux a entrepris la semaine à égalité au sommet du classement des marqueurs de la LNH, à égalité avec Connor McDavid. La vedette franco-ontarienne des Flyers de Philadelphie n'est pas nécessairement heureux, cependant, quand il consulte ses statistiques. Son différentiel de moins sept le rend mal à l'aise. « Les stats, ce n'est pas toujours très important. Je sais que je peux mieux jouer défensivement. Je peux être plus créatif. Au fond, je dois relaxer et je dois essayer de m'amuser un peu plus », a-t-il indiqué à un reporter du Philadelphia Inquirer. L'entraîneur-chef des Flyers, Dave Hakstol, trouve son capitaine un peu sévère. « Claude a la tête dure. Il va s'en sortir. Il doit juste s'assurer de rester affamé. Il ne doit pas trop s'éloigner de la rondelle. C'est tout. »

Belle séquence pour Crawford

Corey Crawford... (Paul Beaty, Associated Press) - image 7.0

Agrandir

Corey Crawford

Paul Beaty, Associated Press

À Chicago, Corey Crawford retrouve lentement son rythme. Il a stoppé 62 des 64 lancers dirigés vers lui à ses deux dernières sorties. Il est le grand responsable des victoires acquises aux dépens des Kings et des Devils New Jersey. Le gardien qui est originaire de Châteauguay cherche des raisons pour expliquer ses difficultés au début du mois d'octobre. Il commence à croire que sa participation au tournoi de la Coupe du monde, dans le rôle de la doublure de Carey Price, lui a nui. « J'ai eu beaucoup de plaisir là-bas, mais je n'ai pratiquement pas eu la chance de jouer pendant un mois. J'ai disputé un match et demi, à peine. C'est insuffisant. J'ai perdu une partie de mon synchronisme durant cette période », a-t-il confié au Chicago Sun-Times.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer