Des médailles pour Guy Arcand

Guy Arcand s'apprête à quitter Loisir Sports Outouais... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Guy Arcand s'apprête à quitter Loisir Sports Outouais après 17 ans.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / «Les médailles, c'est pas important. »

J'ai 23 ans. Je suis à Rimouski. Je couvre ma première finale provinciale des Jeux du Québec. Je suis confronté à un chef de mission qui refuse de répondre à ma principale question.

Guy Arcand est à la tête de la délégation de l'Outaouais. Il me répète constamment que 80 % des athlètes qui participent aux compétitions n'ont pratiquement aucune chance de rentrer avec des médailles. Il refuse obstinément de se concentrer sur les 20 % qui composent l'élite.

« Moi, mon travail, c'est de faire en sorte que tous vivent une belle expérience. »

C'est la première chose qui m'est revenue à l'esprit, cette semaine, quand nous avons eu vent de la nouvelle. Après 17 années à y travailler comme agent de développement, M. Arcand s'apprête à quitter l'organisme Loisir Sport Outaouais. Il complétera son mandat à la fin du mois.

À n'en point douter, il s'agira d'une lourde perte.

Toutes ces années à oeuvrer sur le terrain lui confèrent un inestimable bagage de connaissances du milieu. À certains niveaux, la personne qui lui succédera devra forcément repartir à neuf.

Il convient aussi de souligner que, durant le passage de l'homme-qui-se-fichait des médailles, la région a fait de grosses avancées sur la scène provinciale.

Quelques mois après Rimouski, à l'été 2001, les meilleurs jeunes athlètes de la région étaient réunis à Lachine. Là-bas, durant la dizaine de journées de compétition, ils ont grimpé 19 fois sur le podium, ce qui leur a conféré le 14e rang - sur 19 - au classement des régions.

Neuf ans plus tard, dans la finale qui s'est déroulée dans leur ville, les jeunes gatinois et gatinoises ont remporté 46 médailles.

En 2014, à Longueuil, leur récolte de 65 médailles leur a permis de percer le top-5 provincial. Ils talonnaient désormais les grosses régions populeuses que sont Montréal, Rive-Sud, Lac-Saint-Louis et Capitale-Nationale.

Tout le crédit ne peut revenir à un seul homme.

Il faut quand même reconnaître que Guy Arcand a eu son gros mot à dire dans l'histoire.

« En 1999, quand je suis arrivé dans la région, j'arrivais de Trois-Rivières. Je trouvais qu'il y avait des similitudes entre les deux régions. Je trouvais ça surprenant, cependant, qu'il n'y ait pas davantage d'infrastructures ici. Ça s'est amélioré avec le temps. Tant mieux. Notre Centre sportif est un joyau. J'aime le Complexe Branchaud-Brière. J'aime aussi les endroits un peu plus modestes, comme le parc de BMX que nous avons construit pour la finale de 2010. Même si l'événement est passé, il sert encore », me racontait-il, jeudi matin, au bout du fil.

« Il y a un dynamisme dans la région. Il y a un intérêt des gens à s'investir dans l'encadrement sportif. À force de compter sur des gens qui mettent beaucoup de temps à développer des associations, sur des entraîneurs qui vont chercher des formations et des certifications... Un moment donné, avec tous ces intervenants efficaces, on finit par développer de bons athlètes. »

« Je ne suis vraiment pas surpris de voir les performances de l'Outaouais s'améliorer progressivement. Si ça n'avait pas été le cas, il aurait fallu se poser des questions. Il aurait fallu se demander ce qu'on faisait qui n'était pas correct... »

•••

Guy Arcand n'est pas nécessairement heureux de quitter sa région d'accueil. « Un choix difficile mais nécessaire pour moi », m'a-t-il écrit lors de notre premier contact.

Une opportunité de carrière s'est présentée. Le genre d'opportunité qu'on peut difficilement laisser passer. Le hic, c'est que pour la saisir, il devra s'expatrier une fois de plus. Il s'installera dans la lointaine région de l'amiante.

Il ne débarquera quand même pas dans un terrain inconnu. À compter de novembre, il occupera un poste à la direction générale adjointe des Jeux du Québec de Thetford Mines, été 2018.

Un bon jour, je prendrai le temps de vous parler de tous ces gens, amoureux des Jeux, qui restent associés au programme pendant de longues parties de leurs vies. Ils sont plus nombreux qu'on pense.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer