Manque de profondeur

Chris Kelly, flanqué de Pierre Dorion et Randy... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Chris Kelly, flanqué de Pierre Dorion et Randy Lee, est âgé de 35 ans. Il vient de passer une saison au grand complet sur la touche, avec une fracture du fémur de la jambe gauche.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Nous sommes le 15 septembre. Le camp des recrues prend son envol. Les vétérans vont officiellement emboîter le pas dans une semaine, jour pour jour. Le compte à rebours est bel et bien commencé. Le match inaugural de la saison régulière sera présenté dans moins d'un mois.

Généralement, à cette période de l'année, le niveau d'optimisme est relativement élevé dans les 30 villes de la Ligue nationale de hockey.

Un peu partout, on trouve des raisons de s'emballer en pensant aux mois à venir. Tout le monde, ou presque, a l'air de croire que la nouvelle campagne sera meilleure que la dernière.

Dites-moi donc, partisans des Sénateurs... Qu'est-ce qui vous rend optimiste en cette fin de saison estivale ?

J'aimerais bien être optimiste, moi aussi. Vous dire que l'ère Pierre Dorion et Guy Boucher débutera par une participation aux séries éliminatoires au printemps 2017.

J'en suis incapable.

Je suivais le nouveau directeur général dans sa tournée médiatique, mercredi matin. Je l'écoutais, sur les ondes de TSN 1200, affirmer qu'il a offert des essais professionnels à « plusieurs » joueurs d'expérience dans les derniers jours. Ainsi, un ou deux défenseurs pourraient se pointer au camp avec l'objectif de mériter un contrat.

Dorion se défend. Il a bien cherché à faire l'acquisition d'un vétéran fiable au marché des joueurs autonomes ou dans une transaction. Ça n'a pas fonctionné.

Il n'en demeure pas moins qu'il tente maintenant d'améliorer son troisième duo défensif en pigeant dans les restants.

Une troisième paire, dans une saison de 82 parties, c'est important. Un entraîneur doit avoir suffisamment confiance en ses défenseurs numéro cinq, six et sept en début de saison, de façon à ne pas trop s'appuyer sur ses piliers, trop tôt.

Si seulement c'était le seul endroit où la profondeur fait défaut...

Lundi, lors du tournoi de golf des Sénateurs, Guy Boucher parlait de l'importance de mieux faire en désavantage numérique.

On est évidemment d'accord avec lui. Les Sénateurs ont complété la dernière saison au 29e rang dans la LNH à ce chapitre. Ils ont devancé, de peine et de misère, les Flames de Calgary dans le dernier droit.

C'est alors que Boucher s'est mis à vanter son patron, qui a réussi à trouver deux bons attaquants fiables qui l'aideront à coup sûr à ce chapitre : Chris Kelly et Tom Pyatt.

Kelly, je l'aime. Beaucoup. Après Daniel Alfredsson, il est probablement le joueur que j'ai le plus respecté et admiré au cours des 15 dernières années. Autant pour sa façon de travailler sur la patinoire que pour sa façon de se comporter à l'extérieur.

Kelly est cependant âgé de 35 ans. Il vient de passer une saison au grand complet sur la touche, avec une fracture du fémur de la jambe gauche.

Pyatt est plus jeune. On présume qu'il se présentera au camp en parfaite santé. Boucher le connaît bien pour l'avoir dirigé dans la Ligue américaine à Hamilton, puis dans la LNH à Tampa.

Sauf que Pyatt n'évoluait pas dans la LNH la saison dernière, ni l'autre d'avant. Il avait été contraint de s'exiler en Suisse pour poursuivre sa carrière.

Le manque de profondeur à l'attaque me semble, aujourd'hui, presque aussi inquiétant que le manque de profondeur en défensive. 

En passant... Des gens - qui s'y connaissent - me disent que Mike Blunden pourrait facilement entreprendre la saison à Ottawa, dans le rôle de 13e attaquant. En voilà un autre qui est âgé de 29 ans et qui n'a encore jamais disputé une saison complète dans la LNH.

Séparément, toutes ces nouvelles ne sont pas nécessairement alarmantes.

Une fois regroupées, elles nous laissent l'impression pas trop agréable que Dorion cherche à colmater les brèches au sein de son organisation en magasinant au rayon des aubaines.

•••

Les dirigeants d'Équipe Canada savent sans doute ce qu'ils font. On ne peut pas dire qu'ils ont fait un mauvais choix en invitant Ryan O'Reilly à remplacer Tyler Seguin au sein de leur effectif en prévision de la Coupe du monde.

J'aurais quand même aimé que Mark Stone obtienne sa chance. Juste pour voir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer