Ça va faire mal

CHRONIQUE/ Notre ami François Gagnon, de RDS, a tout écrit dans sa chronique de... (Archives Associated Press)

Agrandir

Archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE/ Notre ami François Gagnon, de RDS, a tout écrit dans sa chronique de mardi.

Ça va se passer grosso modo comme on s'y attendait. Las Vegas fera son entrée dans les grandes ligues du sport en octobre 2017. Pour le meilleur ou pour le pire. Que les gens du Nevada s'intéressent au hockey ou non.

Pour emprunter un régionalisme bien connu, c'est un pari.

Pour l'instant, la LNH prévoit accueillir un seul club d'expansion. 

Québec finira bien par l'avoir, son tour. J'en suis convaincu. Enfin, presque.

C'est une simple question de temps.

Probablement.

Entre-temps, il y a d'autres dossiers plus pressants dont il faut traiter.

Le repêchage d'expansion. François avance qu'il aura lieu le 20 juin 2017.

Encerclez-bien cette date sur votre calendrier. Ce jour-là, les Sénateurs pourraient perdre un gros morceau.

Je vous vois venir de loin. Vous allez me dire que juin 2017, c'est loin. Vous allez me dire qu'à peu près tout peut survenir dans les 12 prochains mois. D'ailleurs, vous croyez ferme que Pierre Dorion va effectuer ses premières transactions d'ici le repêchage. Il a promis de gros changements durant la conférence de presse où il est officiellement devenu directeur général.

Vous avez raison.

Mieux vaut quand même se préparer. Dans les bureaux de direction du Centre Canadian Tire, c'est probablement ce qu'on fait en ce moment.

Mais là, comme d'habitude, je divague et je m'éloigne. Un gros morceau, que je vous disais. Les Sénateurs pourraient perdre un gros morceau lors du repêchage d'expansion.

On dit que les équipes devront adopter un des deux scénarios suivants.

En vertu du scénario A, elles pourront protéger un gardien, trois défenseurs et sept attaquants.

Sinon, elles pourront protéger un gardien et huit patineurs, toutes positions confondues.

Le club de Vegas pourra se choisir un joueur parmi les autres.

Encore une fois, selon les cancans, les joueurs qui détiennent des clauses de non-mouvement devront assurément faire partie des neuf à 11 joueurs protégés.

En vertu de cette règle, trois joueurs peuvent dormir sur leurs deux oreilles à Ottawa. Chris Neil, Dion Phaneuf et Bobby Ryan n'ont pas à craindre d'aboutir dans un club expansion.

Amusons-nous un peu à imaginer la suite des choses.

Mettons que Dorion privilégie le scénario A.

En défensive, le portrait semble assez facile à compléter. Il protégera évidemment son capitaine. La dernière place dans le canot de sauvetage pourrait être accordée à Cody Ceci.

Ça laisse Mark Borowiecki, Chris Wideman et - surtout - Marc Méthot.

J'écrivais cet hiver que les Sénateurs ne pouvaient pas se permettre d'échanger Thomas Chabot. J'en suis encore plus convaincu maintenant.

À l'attaque, les derniers choix pourraient être déchirants.

Si le repêchage avait lieu cette année, on présume que Kyle Turris, Mark Stone, Mike Hoffman, Jean-Gabriel Pageau et Mika Zibanejad rejoindraient assez rapidement Ryan sur la liste de protection.

Dans le temps de le dire, il resterait une seule place.

Dorion l'accorderait-elle à Curtis Lazar, son ancien premier choix qui n'a pas encore atteint son plein potentiel?

Choisirait-il plutôt Zack Smith, son deuxième meilleur buteur durant la dernière saison?

Et Clarke MacArthur, dans tout ça? S'il est capable de se relever de sa commotion cérébrale, il pourrait encore connaître quelques belles saisons.

Non, ce n'est pas simple.

En 2000, lors du dernier repêchage d'expansion de la LNH, les Sénateurs avaient perdu Kevin Dineen et Joé Juneau. Ça risque de faire bien plus mal cette fois-ci.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer