Entre Ottawa et La Havane...

Le commissaire de la Ligue Can-Am de baseball... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le commissaire de la Ligue Can-Am de baseball Miles Wolff est conscient que les prochains étés seront cruciaux pour les Champions d'Ottawa s'ils ne parviennent pas à s'implanter.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si vous avez passé une soirée au Parc RCGT, l'été dernier, vous l'avez sûrement croisé.

Vous l'avez probablement croisé sans même vous en rendre compte. Miles Wolff n'est pas de ceux qui se démarquent dans une foule.

Le commissaire de la Ligue Can-Am de baseball était pourtant bien présent. Avant chaque match des Champions d'Ottawa, il s'installait devant l'entrée principale. Là, il pouvait facilement passer une bonne heure, immobile, à simplement observer les fans franchir les tourniquets un à un.

«C'était un endroit stratégique qui pouvait me permettre de bien observer tous les gens qui travaillaient à l'entrée du stade, m'a-t-il révélé quand je suis passé le saluer au stade. Je pouvais m'assurer que les préposés au stationnement faisaient leur travail correctement. Je pouvais suivre d'un oeil ce qui se passait du côté de la billetterie. Je pouvais aussi superviser les préposés à l'accueil...»

M. Wolff ressentait parfois le besoin de sortir afin de regarder, au loin, la circulation automobile.

«Certains soirs, je voulais voir à quelle vitesse le stationnement se remplissait. Je voulais m'assurer que les gens venaient nous voir.»

L'homme d'affaires ne cache pas qu'il a parfois été nerveux. Surtout en début de saison.

Au fil des semaines, il a été rassuré. Les grosses foules en fin de saison le laissent croire qu'il avait raison de tenter - une fois plus - sa chance en créant un - troisième - club de baseball des ligues mineures dans la capitale du Canada.

Toutefois, étant donné que tout n'est pas gagné, il a décidé de revenir s'installer à Ottawa. Il passera un deuxième été consécutif à guetter les allées et venues au Parc RCGT.

Il est bien conscient que les prochains étés seront cruciaux. Si jamais les Champions ne parviennent pas à s'implanter, la Ville d'Ottawa pourrait fort bien décider de démolir son stade pour ensuite vendre le terrain.

M. Wolff ne veut surtout pas que cela se produise.

La Can-Am a traversé de bien difficiles années au début de la décennie. Si les choses tendent à se stabiliser, il semble acquis que la bonne santé future du circuit indépendant passe par celle de ses marchés nordiques. Il n'a certainement pas les moyens d'en perdre un.

***

Tout en demeurant prudent, M. Wolff peut quand même se permettre d'envisager l'an deux des Champions avec optimisme.

J'ai tendance à penser comme lui.

Je me souviens de quelques soirées passées dans un stade quasiment désert durant les mois de mai et de juin 2015. Je regardais autour de moi en me demandant où étaient passés les quelques centaines de fidèles qui formaient le noyau de partisans des Lynx jusqu'à leur extinction. L'éternel optimiste que je suis avait le goût de croire qu'après six longs étés sans baseball pro, ils avaient simplement perdu l'habitude de se rendre au stade. Ils avaient oublié à quel point on pouvait passer de belles soirées - pour quelques dollars - sur la rue Coventry.

En fin de saison, quand les foules étaient supérieures à 3000 spectateurs chaque soir, on ne se posait plus de questions. Ils sont revenus - et ils avaient entraîné quelques centaines de fans tout neufs dans leurs sillons.

***

L'avenir de la Can-Am passe par Ottawa. Il faut croire qu'il passe aussi un tout petit peu par Cuba.

L'équipe nationale de la plus grande île des Caraïbes sera de passage en ville dans un peu moins de deux mois. Déjà, près de 1000 billets auraient été vendus pour le match du dimanche 19 juin contre les Champions.

Il s'agit, de loin, des meilleurs chiffres de la pré-vente pour 2016.

M. Wolff et le gérant des Capitales de Québec, Michel Laplante, s'envoleront mardi pour aller rencontrer les dirigeants de la fédération cubaine.

Il se peut aussi que les deux hommes ne soient pas seuls au retour. Il paraît que les dirigeants cubains seraient disposés à «prêter» un ou deux joueurs aux Champions pour la saison. On parle ici de vétérans âgés dans la mi-trentaine, que l'État aimerait remercier pour des années de bons et loyaux services.

On devrait en savoir plus long sous peu. Le camp d'entraînement débutera le 8 mai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer