Une histoire de caractère

Kyle Turris, malgré un pied qui le faisait... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

Kyle Turris, malgré un pied qui le faisait souffrir, a insisté pour jouer. La douleur est devenue insupportable.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Dave Cameron avait raison.

Juste avant le début de la saison, l'entraîneur-chef des Sénateurs devait choisir un nouvel assistant-capitaine afin de remplacer Chris Phillips. Il y avait trois ou quatre bons candidats. Il aurait pu miser sur Marc Méthot ou sur Bobby Ryan. Milan Michalek n'aurait pas été un vilain choix non plus.

Il a plutôt choisi d'accorder cette distinction à Kyle Turris et il ne se trompait pas.

Une entorse sévère à la cheville. 

Pendant trois longs mois, Turris a essayé de jouer au hockey même s'il traînait une entorse sévère à une cheville.

Quand le fonctionnaire moyen subit une blessure du genre en glissant sur une plaque de glace, devant sa maison de banlieue, il se précipite à l'urgence. Dix-huit heures plus tard, on lui répond qu'il n'y a pas grand-chose à faire, sauf attendre. Se reposer. Appliquer beaucoup de glace.

Alors, le fonctionnaire sourit. Il passe un coup de fil au bureau et annonce à son patron qu'il ne pourra pas travailler pendant un petit bout. Il s'écrase ensuite sur le divan en se demandant si la saison 4 de House of Cards est disponible sur Netflix.

Ce n'est pas sa faute. Il paraît que c'est vraiment douloureux, une entorse majeure à une cheville.

Turris, lui, a essayé de continuer à jouer son rôle de centre numéro un au sein d'un club de la Ligue nationale de hockey. Pendant trois mois.

Il fallait voir sa mine déconfite, lundi, quand il a pris la décision de mettre sa saison en veilleuse. Il aurait voulu continuer à jouer. Il n'en était simplement plus capable.

Il avait du mal à patiner. Il avait des difficultés à l'accélération. Il avait du mal à lutter pour les rondelles libres. Il avait perdu presque toute son agilité sur deux lames. Avec la vision du jeu, le coup de patin constitue la principale force de Turris. On peut davantage comprendre pourquoi il n'avait pas inscrit un seul point à ses 15 dernières parties.

Toute cette histoire nous aura toutefois appris un truc au sujet de ce joueur.

Parce qu'il est tout petit et parce qu'il parle tout bas, nous n'avons pas tendance à inclure Turris dans le noyau de joueurs de « caractère » d'Ottawa.

Le caractère, c'est pourtant une foule de petites choses.

Il faut du caractère pour fournir le même effort, soir après soir, six mois par année. Avant de se blesser, Turris était sans contredit l'attaquant le plus constant de son équipe. Personne n'avait rien à redire sur sa façon de jouer.

Avoir du caractère, c'est aussi faire passer les meilleurs intérêts de l'équipe avant ses intérêts personnels.

Après cette saison, il ne sera plus jamais permis de douter des motivations profondes de ce joueur.

À la fin de sa rencontre avec la presse, Turris s'est rangé derrière ses coéquipiers, lundi. Il s'est dit convaincu qu'ils réussiront à se faufiler jusqu'aux séries.

« Rien de cela ne me surprend. Nous n'avons jamais douté de son engagement envers l'équipe, tant sur la glace qu'à l'extérieur. Nous n'avons jamais remis ses habitudes de travail. Mais il est vrai que toute cette histoire vient en quelque sorte confirmer tout ce qu'on pensait de lui », m'a dit Cameron ce matin.

Turris reviendra sans doute plus fort l'an prochain.

•••

Ainsi donc, Steve Yzerman souhaitait à tout prix soutirer aux Sénateurs « un joueur établi capable d'aider son équipe dans les séries dès cette année ». C'était la condition sine qua non pour qu'il cède Jonathan Drouin.

On peut facilement lire entre les lignes. Le Lightning a besoin d'aide en défensive, sur le côté droit. Il voulait Cody Ceci.

Bryan Murray a bossé fort toute l'année pour donner à son club un quatuor défensif solide. Il vient finalement atteint son objectif et les résultats semblent concluants. Avec Dion Phaneuf, les Sénateurs ont remporté cinq de leurs six dernières parties.

Échanger Ceci l'aurait possiblement ramené à la case départ.

Qui sait, Murray - ou son successeur - aura peut-être la chance de soumettre une nouvelle offre pour Drouin au repêchage.

Les exigences du Lightning seront peut-être différentes durant la saison morte.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer