Le dindon de la farce

Acquis par le Canadien de Montréal vendredi, John... (Ross D. Franklin, Archives AP)

Agrandir

Acquis par le Canadien de Montréal vendredi, John Scott est le dindon d'une farce qui a assez duré. Il est temps que la LNH change le processus de sélection des joueurs en vue du match des étoiles.

Ross D. Franklin, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Ce ne sont pas les crises qui manquent de ce temps-ci dans le beau monde du sport.

Corruption à grande échelle dans le monde du soccer (FIFA). Dopage en athlétisme, particulièrement en Russie. Harcèlement sexuel par le président déchu du Comité olympique canadien. Et la plus récente, 16 joueurs parmi les meilleurs de l'ATP soupçonnés d'avoir truqué des matches de tennis à la faveur de parieurs au cours des 10 dernières années.

Pendant ce temps, qu'est-ce qui suscite le plus d'outrage dans la Ligue nationale de hockey? Le fait que John Scott, ancien matamore des Coyotes de l'Arizona, ait été élu par les amateurs pour être un des quatre capitaines de divisions lors du match des étoiles qui aura lieu à la fin du mois à Nashville.

Cette sélection qui se voulait une mauvaise blague à l'origine a carrément viré au fiasco maintenant que Scott est passé à l'organisation du Canadien de Montréal vendredi dernier dans la transaction qui a envoyé le défenseur Jared Tinordi à Phoenix.

Ayant déjà assez de misère à marquer des buts, le Tricolore a cédé Scott, qui a 5 buts et 11 points à sa fiche en 285 matches en carrière dans la LNH, à son club-école de Saint-Jean, Terre-Neuve, dans la Ligue américaine.

Le circuit Bettman n'a pas encore annoncé de remplaçant pour Scott comme capitaine de la division Pacifique, ni comme unique représentant des Coyotes, mais il est grand temps pour elle de mettre un terme à cette farce dont le dur à cuire de 6' 8" est le dindon.

De l'île où il se retrouve maintenant de façon bien inattendue, Scott a dit en fin de semaine que sa participation était incertaine. «Up in the air», a-t-il dit en anglais. Le gars avait refusé de se désister quand la LNH et les Coyotes le lui ont suggéré en coulisse, selon ce qu'a rapporté Bob McKenzie, de TSN (et personne ne doute de ce qu'il avance).

Sa famille, incluant sa femme enceinte de jumeaux, voulait qu'il profite de cette chance qui ne se présentera «qu'une fois dans une vie», comme il l'a dit la semaine dernière à Yahoo Sports.

Scott a certes été mal conseillé, son agent aurait dû lui faire réaliser qu'il n'avait pas d'affaire sur la même patinoire que les meilleurs joueurs au monde, qui joueront un mini-tournoi à trois contre trois par surcroît selon la nouvelle formule de ce match qui perd de l'intérêt année après année.

Le mal est fait maintenant et la LNH a déjà un oeil au beurre noir avec toute cette affaire qui ne serait pas arrivée si le public ne pouvait voter en ligne que pour des candidats légitimes, plutôt que de pouvoir soumettre n'importe quel nom au scrutin (et voter 10 fois par jour).

Il ne lui reste plus qu'à jouer son rôle de «méchant» jusqu'au bout en annonçant que le bon vieux Shane Doan ou un jeune comme Max Domi ou Anthony Duclair remplacera Scott sur l'équipe de la division Pacifique (Oliver Ekman-Larsson mériterait aussi une place, mais la division a déjà ses trois défenseurs), vu qu'un joueur qui n'est pas dans la ligue n'est pas éligible à jouer son match des étoiles. Comme le défenseur du Canadien Mark Barberio ne sera pas du match des étoiles de la LAH parce qu'il est présentement «en haut».

C'est dommage pour John Scott, qui a probablement joué son dernier match dans la LNH à cause de cette histoire. Comme consolation, les joueurs de l'équipe gagnante à Nashville devraient lui envoyer une part du prix de 1 million $ qu'ils se partageront (environ 90 000 $ chacun). Ou ils pourraient acheter les chandails à son effigie - sur lesquels c'est écrit «Thanks for believing in me, love always, the captain, ASG 2016» - qui sont vendus en ligne, les profits allant à l'organisme Hockey Helps the Homeless.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer