À peine quelques larmes

Les partisans ottaviens devaient s'attendre au moins un... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Les partisans ottaviens devaient s'attendre au moins un peu à une défaite du Rouge et Noir.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Les chemises carreautées étaient à la mode à l'aréna de la Place TD, où environ 7000 partisans du Rouge et Noir s'étaient rassemblés pour encourager leurs favoris qui se battaient à Winnipeg pour ramener une première coupe Grey dans la capitale depuis 1976.

Les manches de ces chemises n'ont cependant pas trop été utilisées pour essuyer des larmes une fois que la victoire des Eskimos d'Edmonton s'est concrétisée à la fin d'un match âprement disputé.

Les partisans réalisaient que c'était probablement trop demander à une équipe de deuxième année que de mettre la main sur le précieux trophée, ce qui fait qu'en l'espace d'une dizaine de minutes, ils ont quitté dans le plus grand ordre l'amphithéâtre, voisin du stade où Greg Ellingson, Henry Burris et le reste de l'équipe ont réussi le «miracle de la rue Bank» une semaine plus tôt.

«On est déçu, c'est plate. Il n'y a rien de plus que je peux dire. Mais ils ont bien joué, ça a passé proche au boutte», racontait Charlene Sauvé à la porte de sortie.

La déception était palpable même si on sentait cette défaite venir alors que l'attaque du Rouge et Noir a été limitée à un placement et un simple - ou un «rouge», si vous préférez - du botteur Chris Milo en deuxième demie.

«Je suis déçu, ils ont bien commencé, mais après ça, la défense a relâché un peu et Edmonton a généré beaucoup d'attaque. Ils ont eu un down et ils ont perdu», analysait le jeune Jacob Dubois-Renaud, qui portait un chandail aux couleurs de l'équipe de football de l'école secondaire de l'Île, à Gatineau.

«Ils ont perdu à la toute fin contre Edmonton qui avait un bon club. Ils vont se reprendre l'année prochaine», ajoutait son copain Christian Brennan, reprenant un sentiment partagé certainement par plusieurs autres.

C'était la première fois que j'assistais à un tel match important «à distance», au milieu d'amateurs qui avaient le résultat à coeur. L'ambiance était assez électrique, je dois l'avouer. Chaque beau jeu d'Ottawa à l'écran géant était ovationné, tout comme les analystes du réseau TSN qui ont choisi Ottawa pour l'emporter avant que ça commence, Jock Climie et Rod Smith, affichant leurs couleurs en enfilant des chemises à carreaux eux aussi.

Croisé à la mi-temps alors que le club local tirait de l'arrière 17-16, le maire Jim Watson ne voulait pas porter malchance en dévoilant trop vite les plans pour une éventuelle parade de championnat.

«On va attendre jusqu'à la dernière minute du match, on ne veut pas leur porter malheur comme Rick Chiarelli avec les Sénateurs le printemps dernier. Mais c'est vraiment une saison incroyable pour l'équipe et pour la Ville d'Ottawa, c'est seulement leur deuxième saison et ils sont en finale de la coupe Grey», confiait-il alors qu'il endossait lui aussi une chemise rouge et noire, achetée il y a à peine deux semaines.

La parade aurait eu lieu mardi sur le coup de midi et aurait emprunté la rue Bank, du Queensway jusqu'au parc Lansdowne pour un rallye.

Ce sera pour une autre fois, mais avec cette saison improbable, le Rouge et Noir a certes redonné espoir aux partisans de longue date qu'une telle chose pourrait se produire au cours de leur vie.

Le match terminé, le président de l'équipe Jeff Hunt a envoyé un courriel pour remercier les commanditaires et détenteurs de billets de saison pour leur appui.

«Je veux vous remercier pour avoir appuyé le Rouge et Noir au cours de la dernière saison. Nous bâtissons une tradition gagnante à Ottawa et ce n'est pas possible sans une base de partisans qui vivent les montagnes russes d'émotions avec nous, match après match. Je l'entends à tout bout de champ de nos entraîneurs, nos joueurs et des amateurs dans les autres villes de la LCF, nous avons la meilleure expérience de jour de match dans la ligue. Et c'est pourquoi nous pouvons continuellement ajouter des joueurs de qualité à l'alignement pour atteindre le sommet. Ils veulent jouer ici, devant vous», a-t-il écrit.

Il ne faudrait pas se surprendre si plusieurs de ces amateurs surmontent leur déception et se rendent à l'aéroport lundi après-midi (le vol nolisé du Rouge et Noir doit arriver vers les 15h30 aux bureaux d'Avitat) pour saluer leur retour en ville.

Partager

À lire aussi

  • La coupe Grey échappe au Rouge et Noir

    Football

    La coupe Grey échappe au Rouge et Noir

    Le Rouge et Noir a commencé sa journée en allumant des lampions dans une église de Winnipeg. Le miracle tant souhaité ne s'est toutefois pas réalisé... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer