À l'image de la saison

CHRONIQUE / Le football de la Ligue canadienne, c'est souvent... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Le football de la Ligue canadienne, c'est souvent un jeu d'erreurs. De plaqués ratés, de passes échappées, de mauvaise couverture sur les retours de botté.

Dans la capitale, on va se souvenir longtemps de la bombe de Henry Burris à Greg Ellingson qui a procuré ce gain de 35-28 au Rouge et Noir. Avec raison, c'est le jeu le plus mémorable réalisé par un duo d'Ottawa depuis Tom Clements à Tony Gabriel pour gagner la coupe Grey de 1976! Un «coup de circuit», comme l'a qualifié l'entraîneur des locaux Rick Campbell.

Les demis défensifs des Tiger-Cats Ed Gainey et Emanuel Davis ont inexplicablement laissé Ellingson filer entre eux sur cette séquence où Ottawa avait un deuxième essai et 25 verges à faire profondément dans sa zone, et ils risquent d'être marqués au fer rouge à Hamilton. Mais ils n'auraient pas été dans cette position si le secondeur québécois Arnaud Gascon-Nadon n'avait pas échappé une interception certaine sur le jeu précédent.

«Un match ne se joue jamais sur un seul jeu. Nous avons eu bien des chances de l'emporter, mais la différence, c'est qu'on n'a pas réalisé les jeux quand il le fallait. Sur un deuxième et 25, tout le monde dans le stade savait qu'ils lanceraient le ballon, et on a un gars qui a chuté. C'est ça qui est ça. On a eu plus tôt un touché rappelé en raison d'un hors-jeu, et il me semble en effet qu'on était hors-jeu là-dessus», a fait remarquer l'entraîneur des perdants Kent Austin.

Autant de petits jeux, comme le touché de sûreté suivi d'un placement en fin de première demie dont les Tiger-Cats ont fait cadeau, qui s'additionnent et font qu'Ottawa est champion de l'Est et s'en va à Winnipeg, tandis que Hamilton voit sa saison prendre fin en queue de poisson, même en ayant été obligé de se débrouiller avec son quatrième quart-arrière, un Jeremiah Masoli qui a excellé dimanche.

Des jeux qui en font oubier d'autres, comme Antoine Pruneau qui se fait battre par Luke Tasker sur le majeur qui crée l'égalité avec 1:34 à jouer. Ou Jovon Johnson qui mord sur une feinte et est impuissant quand Tiquan Underwood capte une passe de 66 verges au deuxième quart, ou qu'il échappe une interception certaine avec moins de quatre minutes à faire, peu avant un simple des Tiger-Cats sur un placement... raté. «J'aurais pu finir ce match bien avant, mais la bonne nouvelle, c'est qu'Ellingson a effectué cet attrapé irréel pour qu'il y ait une fin digne d'un conte de fées», racontait Johnson.

Les Tiger-Cats méritent certes beaucoup de crédit pour l'opposition qu'ils ont offerte, leur attaque limitant la défensive du R & N à un seul sac grâce à plusieurs jeux d'attirée et des passes voilées.

«Ils avaient un bon plan de match pour tenir (la défensive) hors d'équilibre, il faut leur donner crédit, mais j'en donne aussi à mes gars pour avoir trouvé un moyen de gagner à la fin», mentionnait Campbell, qui avait 10 ans la dernière fois où Ottawa a participé à la finale de la coupe Grey à Montréal en 1981, subissant une défaite devant les Eskimos d'Edmonton dirigés par son père Hugh.

C'est tout un travail accompli en peu de temps par Campbell et son patron Marcel Desjardins. Personne ne pensait qu'il était possible pour eux d'atteindre la finale de la coupe Grey en l'espace de deux saisons, après une saison inaugurale de deux gains seulement.

«C'est surprenant un peu, mais nous, on travaille avec ces joueurs et ces entraîneurs-là tous les jours et ce n'est pas aussi surprenant que certains le pensent», me confiait le dg Desjardins sur le terrain, avant de mettre la main sur le trophée de champions dans l'Est.

Le mot de la fin va aller à Burris, la vedette incontestée de cette saison de rêve, à 40 ans: «Il y a quelque chose que les Anthony Calvillo, Damon Allen, Ricky Ray et compagnie n'ont pas fait, c'est aider une organisation à partir de rien. Je pense que ça me sépare d'eux et c'est la plus grande réussite de ma carrière [...]. Mais on peut monter ça d'une coche encore dimanche prochain.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer