Le bel été d'Antoine Vermette

Antoine Vermette demeure le même bon gars qu'à l'époque... (Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil)

Agrandir

Antoine Vermette demeure le même bon gars qu'à l'époque où il jouait dans la capitale.

Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Contraste entre deux organisations vendredi.

Alors que chez les Sénateurs, c'était motus et bouche cousue concernant l'état de santé de Mike Hoffman, les Coyotes de Phoenix n'avaient aucun problème à permettre à Antoine Vermette d'accorder une entrevue à une vieille connaissance, et ce, même s'il n'avait pas terminé le match de la veille à New York en raison d'une blessure au bas du corps.

L'ancien joueur des Sénateurs, qui est retourné dans le désert après avoir gagné la Coupe Stanley avec Chicago en juin dernier, demeure le même bon gars qu'à l'époque où il jouait dans la capitale. Il m'a confié qu'il s'agissait une légère blessure qui l'incommode depuis quelques semaines. Il devrait être à son poste pour affronter l'équipe qui lui a donné sa première chance dans la LNH avant de l'échanger contre Pascal Leclaire (et Robin Lehner) en 2008.

Dans mon métier, on ne favorise aucune équipe plus qu'une autre, mais on aime les bonnes histoires et que de bonnes choses arrivent à de bonnes personnes. J'étais donc content pour le Québécois de 33 ans lorsqu'il a pu soulever «Stan» à la fin des séries. Il a marqué trois buts gagnants, dont celui du cinquième match de la finale contre Tampa Bay.

«Ce fut un bel été après un beau printemps, rempli de belles émotions. C'était spécial», racontait-il, vendredi, au Coffre d'outils.

La semaine où les Hawks ont concrétisé leur championnat a été couronnée par la naissance de sa deuxième fille, Émilia, au lendemain de la parade dans les rues de la Ville des vents. «À l'origine, ma femme devait accoucher le 17 juin, jour où le septième match de la finale était prévu. Mais tout est bien tombé finalement. C'est dur à battre comme semaine», relate celui qui a invité l'ex-Olympique Bob Bissonnette à chanter à son party avec la coupe dans son patelin de St-Agapit.

Agent libre deux semaines plus tard, Vermette s'est entendu dès le 1er juillet avec le club qui l'avait échangé à la date limite des transactions - contre un choix de première ronde et le défenseur Kyle Dahlbeck - pour un contrat de deux ans pour 7,5 millions $.

Même s'il avait l'embarras du choix, il a décidé de retourner à Phoenix malgré toutes les rumeurs de déménagement éventuel qui planent autour de l'équipe, et même si elle a connu une saison de misère l'an dernier.

«La décision n'a pas été dure à prendre. On regardait les possibilités et pour nous, dans le contexte où on avait gagné, c'était une alternative hyper-intéressante au niveau familial alors qu'on avait gardé notre demeure là-bas. C'était facile, on ne se cassait pas la tête, et c'était un bon fit aussi... Je voyais le potentiel intéressant des jeunes joueurs pour rebâtir rapidement», explique-t-il.

Le surprenant début de saison des Coyotes (3-3-1) lui donne raison, alors que les recrues Anthony Duclair, acquis des Rangers dans l'échange de Keith Yandle, et le premier choix de 2014 Max Domi, fils de l'ex-Leaf Tie, font tourner beaucoup de têtes (ils étaient d'ailleurs très en demande hier par les différents réseaux de télévision). «Ils apportent déjà une bonne contribution et comme vétéran, c'est à nous de les encadrer. Mais avec Shane Doan (comme capitaine), on est bien équipé de ce côté-là», dit-il.

Sa maison étant pleine avec ses deux jeunes filles (deux ans et quatre mois), il n'a pu offrir à Duclair d'habiter chez lui, cependant. «Mais on garde un oeil sur lui», ajoute-t-il.

Pour Romain

Sur une note moins joyeuse, le petit monde du hockey mineur a été secoué cette semaine par le décès du bambin de deux ans, Romain Lemieux, dans le stationnement du Complexe Branchaud-Brière la semaine dernière.

Samedi après-midi à l'aréna Sabourin, l'Association du hockey mineur de Hull lui rendra un hommage avant le premier match de l'équipe atome A d'un de ses frères, qui est dirigée par son père Sébastien (tout comme celle, novice, de son autre frère). Un écusson en sa mémoire sera brodé sur les chandails de ces équipes hulloises, a annoncé le président de l'AHMH, Jeff Allard, en entrevue avec le collègue Mario Aubé au 104,7 FM.

Le match aura lieu à 15h50. Bon courage à la famille.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer