Les derniers sceptiques confondus

Henry Burris a dépecé la défensive montréalaise jeudi.... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Henry Burris a dépecé la défensive montréalaise jeudi.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant que cette deuxième saison du Rouge et Noir, je dois avouer que j'avais de gros doutes concernant le quart Henry Burris.

Le vétéran de 40 ans avait montré des signes de ralentissement au cours de sa première année dans la capitale, plusieurs de ses passes étant trop courtes ou flottantes, même si ses receveurs ne l'aidaient pas trop en échappant aussi plusieurs ballons.

Le voir dépecer totalement la défensive des Alouettes de Montréal jeudi soir à la Place TD, dans un gain de 39-17, a cependant effacé les derniers doutes que j'entretenais à l'endroit du vétéran au sourire contagieux.

Burris est certes le candidat numéro un pour le titre de joueur par excellence de la division Est, sinon de toute la LCF, avec la saison qu'il connaît. Il a lancé pour plus de 300 verges à sept de ses neuf dernières sorties, incluant plus de 400 à trois de ses six dernières et plus de 500 jeudi.

Au deuxième quart, jeudi, il a complété 17 passes de suite à un moment donné, et il a éparpillé celles-ci parmi tous ses receveurs.

Seulement six ballons n'ont pas été captés en première demie, et on pourrait dire qu'au moins deux d'entre eux auraient dû l'être: une bombe d'une quarantaine de verges à Maurice Price, qui en a vu une autre lui filer entre les doigts dans la zone des buts en fin de deuxième quart.

Burris a certes profité de la blessure dès le début du match du demi de coin partant des «Zoiseaux» Jonathan Hefney, sonné lors d'une violente collision avec Patrick Lavoie. Mais c'est ça, l'avantage de compter sur un vétéran expérimenté au poste de quart.

Son vis-à-vis Rakeem Cato n'était pas dans la même classe, il faut le noter. Mais il est encore bien jeune.

Les Alouettes avaient clairement l'air d'un club qui n'avait pas de jambes, ayant joué dimanche en Saskatchewan. Le Rouge et Noir avait eu une courte semaine lui aussi, ayant joué samedi contre Toronto, mais il avait l'avantage d'être resté à la maison.

Parlant de repos. l'entraîneur-chef du Rouge et Noir Rick Campbell a joué avec le feu en laissant Burris dans la mêlée jusqu'au début du quatrième quart, même si le record de 44 passes complétées d'Anthony Calvillo, maintenant le coordonnateur de l'offensive des Alouettes, était à sa portée.

Alors que de nombreux quarts partants sont tombés au combat à travers la LCF, Ottawa peut se compter chanceux que leur passeur soit demeuré en un sol morceau toute l'année et ce serait la catastrophe s'il fallait qu'il se blesse maintenant, à quelques semaines des séries éliminatoires.

À son dernier jeu avant de céder sa place à Danny O'Brien, Burris a tenté d'aller chercher un premier jeu sur un troisième jeu et une verge à faire, sans succès en plus. C'était alors 37-3 et il n'était vraiment pas nécessaire d'en rajouter contre un adversaire qui avait déjà un genou par terre.

«Je ne suis pas un gros gars de records, j'aime surtout gagner, mais si ça arrive, tant mieux. C'est le résultat du travail de la ligne offensive qui m'a donné du temps, et des receveurs qui ont attrapé le ballon», a lancé Burris immédiatement après le match.

On n'est pas habitué à Ottawa cependant de jouer avec une telle avance, évidemment. Pas depuis les beaux jours des Rough Riders dans les années 1970, en tout cas.

Un mot sur la foule au parc Lansdowne jeudi: 21 607 amateurs par une soirée frisquette, c'est quand même pas pire, même si ça mettait fin à une série de trois parties présentées à guichets fermés. Il y avait quand même un gros match hors-concours des Sénateurs à Montréal à la télévision, après tout. 

En passant, chapeau à RDS d'avoir donné préséance à un match de football du dernier droit de la saison régulière, reléguant la partie de hockey à RDS2. Curieux de connaître les côtes d'écoute, cependant, avec la déroute des Alouettes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer