Saison compromise pour Clitsome

Le défenseur franco-ontarien Grant Clitsome a signé en... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Le défenseur franco-ontarien Grant Clitsome a signé en 2012 un contrat de 6,2 millions de dollars pour trois ans avec les Jets de Winnipeg.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Sénateurs étaient de passage à Winnipeg mardi, ce qui aurait normalement été une occasion pour les scribes du coin de prendre des nouvelles de Grant Clitsome.

Le défenseur franco-ontarien des Jets est cependant dans la capitale présentement, continuant sa rééducation après avoir été opéré au dos en janvier dernier.

Sa saison 2015-2016 est sérieusement compromise alors qu'il a échoué son examen médical le premier jour du camp d'entraînement des Jets, ce qui «n'a pas été une surprise», avait alors dit l'entraîneur-chef Paul Maurice en ajoutant que le club pensait que Clitsome devra s'absenter pendant toute la campagne.

J'ai bien essayé de le rejoindre, mais l'arrière de 30 ans n'a pas donné suite à mes demandes d'entrevue.

«Grant n'est pas avec l'équipe actuellement, il est Ottawa et il nous a avisés qu'il parlera de son avenir à une date ultérieure, quand il aura une meilleure idée de ses plans», a répondu un porte-parole des Jets par courriel.

La dernière fois qu'il a été vu en public à Ottawa, Clitsome acceptait la flamme des Jeux du Commonwealth de Toronto des mains du gouverneur général du Canada, David Johnston, son dos opéré une deuxième fois par un spécialiste des blessures à la moelle épinière - le Dr Robert Watkins, du Marina Spine Center, en Californie - lui permettant au moins de jogger légèrement avec une torche à bout de bras.

Être défenseur dans la LNH est une tout autre paire de manches, cependant, et on va souhaiter que Clitsome soit en mesure de recommencer à jouer éventuellement.

Pour ceux qui ne connaissent pas son cheminement, cet arrière originaire de Gloucester est un ancien du collège catholique Samuel-Genest, où ses parents Louanne et Mark avaient insisté pour l'envoyer afin qu'il soit bilingue.

Après avoir joué deux saisons pour les Raiders de Nepean dans la Ligue centrale junior A, il a été un choix de neuvième ronde (tour qui n'existe plus, le repêchage étant limité à sept rondes maintenant) des Blue Jackets de Columbus en 2004. Ces derniers lui ont fait signer un contrat après ses quatre années à l'Université Clarkson, où il avait obtenu un diplôme en administration des affaires avec des mineures en droit et en sciences politiques.

Poursuivant son apprentissage dans la Ligue américaine pendant trois saisons, il a finalement accédé à la LNH à la fin de la saison 2009-2010, puis est devenu un régulier avec les Blue Jackets, qui comptaient alors aussi Derick Brassard et Marc Méthot dans leur alignement, l'année suivante. Soumis au ballottage, il a été réclamé par les Jets en 2012 et ils lui ont fait signer un contrat de trois ans pour 6,2 millions$ qui arrivera à échéance l'été prochain.

Si jamais son dos ne lui permet pas de poursuivre sa carrière, Grant est mieux équipé que plusieurs pour passer à une autre étape de sa vie.

L'an dernier, il avait raconté au confrère Roy MacGregor, du Globe and Mail, qu'il a déjà enregistré une compagnie, Decanted Media, avec un de ses amis d'enfance, Nicolas Mann, un maniaque de politique tout comme lui. Ils avaient comme objectif de lancer un site Internet qui véhiculerait de l'information pour inciter les jeunes à voter, un site qui n'a pas encore été lancé cependant.

En vitesse

L'ami Érik Bédard, l'ancien lanceur des majeures originaire de Navan, ne sera pas de retour avec les Dodgers de Los Angeles la saison prochaine.

Il avait tenté de faire la transition à un rôle d'instructeur dans les mineures après avoir annoncé sa retraite cet été en raison de maux de bras.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer