Lehner dans le rétroviseur

Personne n'aurait pu penser ce soir-là qu'une violente... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Personne n'aurait pu penser ce soir-là qu'une violente collision allait changer le cours de la saison de hockey à Ottawa, ainsi que la vie de Robin Lehner du tout au tout.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'était un match sans grand intérêt, un lundi soir de février où les Hurricanes de la Caroline étaient de passage au Coffre d'outils.

Les deux clubs n'allaient nulle part, un revers de 6-3 ramenant les Sénateurs sous la barre des ,500 (22-23-10), au 13e rang sur 15 dans l'Association de l'Est.

Personne n'aurait pu penser ce soir-là qu'une violente collision sur un but de Jay McClement allait changer le cours de cette saison dans la capitale nationale, ainsi que la vie de Robin Lehner du tout au tout.

À 52 secondes de la fin du deuxième tiers, McClement a marqué en fonçant au filet, tombant alors que Clarke MacArthur essayait de l'empêcher de marquer sur son repli défensif. Les deux joueurs sont entrés en collision avec le gardien Lehner, et lui et MacArthur sont rentrés au vestiaire difficilement, victimes de commotions cérébrales sévères apprendra-t-on plus tard.

Hammond s'est amené dans le match et il a accordé trois buts sur six lancers, ne donnant aucune indication qu'il pourrait ensuite devenir le Hamburglar, menant l'équipe aux séries avec une séquence historique (20-1-4). Ce faisant, le cerbère suédois de 24 ans allait perdre son titre de «gardien de l'avenir» bien malgré lui, les Sénateurs l'échangeant aux Sabres de Buffalo en juin dernier contre un choix de première ronde utilisé pour sélectionner le centre américain Colin White.

Lehner fait maintenant partie du passé des Sénateurs, mais il aura l'occasion de les hanter dans le futur, un peu comme Ben Bishop à Tampa Bay. C'est le grand risque de l'avoir refilé à un rival de division.

Le hasard du calendrier faisant bien les choses, son premier match en saison régulière, le 8 octobre à Buffalo, sera contre les Sénateurs.

Et comme si c'était arrangé avec le gars des vues, le premier match hors-concours de Lehner, et son premier depuis le soir fatidique du 16 février, sera aussi contre son ancien club, qui rendra visite aux Sabres au First Niagara Centre mercredi soir, sans plusieurs piliers cependant.

«Ça va être un peu bizarre, mais je dois prendre l'approche que c'est un match comme les autres et juste faire de mon mieux», a raconté Lehner aux collègues de Buffalo mardi matin, en confirmant lui-même qu'il obtiendra son premier départ.

Malheureusement pour les journalistes du nord de l'état de New York, s'il y a une chose que Lehner a bien apprise au cours de ses cinq saisons dans l'organisation d'Ottawa, c'est comment décliner des clichés au lieu de dire vraiment le fond de sa pensée, comme il le faisait à ses débuts. Un peu comme Nuke Lalooh dans le film Bull Durham.

Quand quelqu'un est revenu à la charge en lui demandant s'il était ironique que le match inaugural du 8 octobre soit contre Ottawa, il n'a pas bronché: «Oui, peut-être. Mais vous savez, présentement, je suis juste ici au camp pour tenter de m'améliorer chaque jour et travailler certaines choses. Je n'ai pas été sur la glace pendant une longue période et je me sens bien sur la glace, je pense que je fais des progrès chaque jour. Je ne me préoccupe que de ça et je me prépare pour le premier match... Je n'ai pas d'attentes, vraiment. Je veux gagner comme toujours, mais ce camp est un peu différent pour moi cette année alors que je dois reprendre la routine des parties et des situations de parties», a-t-il rétorqué.

Avec l'âge et la maturité acquise en devenant père, Robin Lehner n'est malheureusement plus la machine à citations juteuses qu'il était. Dommage.

Pour le match de mercredi soir, le nouveau gardien du présent des Sabres devrait affronter celui qui l'a remplacé pour le titre de gardien d'avenir des Sénateurs, alors que Matt O'Connor et Chris Driedger feront le voyage aller-retour tandis que Hammond et Craig Anderson resteront à la maison, a-t-on appris en fin de journée.

Jean-Gabriel Pageau disputera quant à lui un premier match du calendrier préparatoire, alors que le premier choix Thomas Chabot jouera un deuxième match, cette fois sans Erik Karlsson à ses côtés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer