Un match en plein air sur la Colline?

En attendant de possiblement bâtir un nouvel amphithéâtre sur les plaines... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En attendant de possiblement bâtir un nouvel amphithéâtre sur les plaines LeBreton, les Sénateurs ont investi considérablement pour améliorer l'intérieur du Coffre d'outils.

Ils ont donné une idée mardi de ce que leur investissement de plus de 15 millions $ au Centre Canadian Tire va signifier pour leurs partisans.

Au premier coup d'oeil, ce sont les plus fortunés de ce monde qui verront leur expérience de spectateur améliorée dans le nouveau «Club Bell», une section privée située derrière le filet des visiteurs. Les autres auront surtout plus de choix au niveau de la restauration, en plus de voir leur accès à l'aréna être un peu plus compliqué en raison d'un passage obligé dans des portes magnétométriques, un peu comme à l'aéroport (une mesure antiterrorisme imposée par la LNH).

Le maire d'Ottawa Jim Watson a cependant détourné un peu l'attention vers l'extérieur du Coffre d'outils en demandant plus tôt dans la journée sur son fil Twitter où ses concitoyens souhaiteraient voir un match en plein air des Sénateurs en 2017, au parc Lansdowne, sur les plaines ou sur la colline du Parlement?

En entrevue avec TSN 1200, il en a rajouté, mentionnant que «plusieurs discussions ont déjà eu lieu entre le gouvernement fédéral et la LNH pour un match sur la colline».

Idée farfelue, vous trouvez? Ce n'est pas si fou que ça, quand on sait que la LNH travaille - de concert avec evenko, la compagnie de productions de spectacles appartenant à la famille Molson - sur un concept de «stade pop-up» qui pourrait être installé temporairement n'importe où, un peu comme lorsque U2 a donné ses spectacles sur l'ancien site de l'hippodrome de Montréal, il y a quatre ans. (Il y avait 80 000 places.)

«La ligue regarde ça, et si c'est faisable pour un match de hockey, ça nous donnerait d'autres options à part le parc Lansdowne. Nous sommes sur le groupe de travail (d'OSEG) concernant l'installation d'estrades temporaires à ce dernier endroit dans le cadre de leur candidature pour obtenir la coupe Grey (de 2017), ce qui est une possibilité aussi», a indiqué le président des Sénateurs Cyril Leeder à la fin de la tournée du CCT, qui doit rencontrer la LNH cette semaine pour réitérer l'intérêt de son club pour présenter une telle Classique hivernale.

L'avantage pour la LNH et les Sénateurs serait évidemment d'obtenir tous les revenus d'un tel match, au lieu d'être obligé de louer la Place TD au Ottawa Sports and Entertainment Groupe (OSEG), avec qui les relations sont assez tendues depuis qu'il a coupé l'herbe sous le pied au propriétaire Eugene Melnyk quand il projetait construire un stade de soccer à Kanata (la Ville d'Ottawa avait plutôt retenu le projet de rénover le parc Lansdowne, une excellente décision quand on y repense).

Je ne suis pas convaincu qu'il y aurait suffisamment d'espace devant le Parlement et entre les édifices de l'Est et de l'Ouest pour installer une patinoire et des estrades pour 60 000-80 000 spectateurs, sans parler du cauchemar logistique pour amener tout ce beau monde au centre-ville sans métro. Mais l'idée mérite d'être étudiée, c'est certain. Mais même si ce sera le 150e anniversaire de la Confédération en 2017, il n'est pas assuré que la LNH, qui fêtera alors son 100e anniversaire de fondation, choisira Ottawa plutôt que Montréal ou Toronto - deux autres marchés bien plus gros qui n'ont pas encore présenté un tel match - pour cet événement.

Comme d'habitude, ce sont les dollars qui vont faire foi de tout.

Pas de nouveau à Gatineau

Impossible de parler à Cyril Leeder sans aborder le sujet de l'implication des Sénateurs dans une possible solution pour régler l'imbroglio posé par le remplacement de l'aréna Robert-Guertin.

«On parle encore à la Ville (de Gatineau) des façons qu'on pourrait aider et nous n'avons pas encore trouvé la solution qui fonctionne pour tout le monde. Ils vont peut-être trouver une autre solution, je sais qu'il y a eu une nouvelle à ce sujet (entente de VMSO avec les Olympiques) et si c'est le cas, tant mieux. Nous, notre but premier est de doter Gatineau d'un Sensplex, on s'est impliqué (dans le dossier Guertin) à la demande de la Ville. C'est certain que ça ne pourra pas être bâti uniquement avec de l'argent du privé, en tout cas», a-t-il déclaré.

Leeder a aussi laissé entendre concernant les plaines LeBreton que le groupe que les Sénateurs ont formé (Rendez Vous LeBreton) sera prêt à déposer son projet final, incluant le financement de celui-ci, d'ici la date butoir du 15 décembre établie par la Commission de la capitale nationale (CCN).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer