Guertin sur la glace?

L'ex-ministre Norman MacMillan.... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

L'ex-ministre Norman MacMillan.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand il a fait sa sortie dans LeDroit, il y a une dizaine de jours, pour dire qu'une participation financière de la Ville de Gatineau à la construction d'un nouvel aréna était «une question de vie ou de mort», Norm MacMillan avait laissé entendre que la semaine suivante serait «cruciale» pour le dossier.

Ça, c'était la semaine dernière et j'ai eu beau fouiller à mon retour de vacances, je n'ai rien vu de nouveau dans ce dossier qui traîne encore une fois en longueur.

Mardi, le gouverneur et président du comité de sauvegarde des Olympiques a lancé un court message sur Twitter qui donnait un indice pour ce silence radio.

«Pas facile, arrêt (de) mes activités pour deux semaines, chirurgie mineure, à bientôt», a-t-il écrit succinctement à ses «suiveux».

Vérification faite auprès du principal intéressé, c'est la semaine dernière qu'il est passé sous le bistouri et il doit demeurer au repos à la maison pour récupérer d'une opération au «bas du corps» jusqu'à nouvel ordre. C'est effectivement mineur, sans rentrer dans les détails, mais c'est aussi douloureux et il n'est pas question pour lui de courir à gauche et à droite pour tenter de trouver une solution au problème de trouver un moyen de bâtir un nouveau domicile pour l'équipe de la LHJMQ.

Mais selon l'ancien ministre de l'Outaouais au sein du gouvernement libéral de Jean Charest, ça ne veut pas dire pour autant que le «dossier Guertin» est au point mort.

«Moi je suis sur la glace, mais le dossier ne l'est pas, je suis encore confiant qu'on va trouver une solution», a-t-il lancé.

«C'est probablement une bonne chose que les gens se calment un peu et qu'on attende un peu», a-t-il ensuite ajouté.

Ce serait effectivement une bonne affaire que du travail se fasse en coulisses plutôt que sur la place publique afin d'en arriver à dénouer l'impasse dans laquelle on se trouve actuellement dans ce dossier. Si c'est le cas, le président du club, Alain Sear, ne veut pas en parler. «Pas de commentaires», m'a-t-il dit mardi.

Quand MacMillan a fait sa sortie qui était «ni plus ni moins le rapport» de son comité, dit-il, il s'est rapidement fait rabrouer par le maire Maxime Pedneaud-Jobin, qui a dit espérer qu'il s'agissait là d'une «stratégie de communication».

Dans notre courrier du lecteur de mardi, une dame, Nicole Massicotte, est allée plus loin en écrivant qu'elle se demandait «si l'ex-député Norm MacMillan et son entourage ne veulent pas nuire à la réélection du maire Maxime Pedneaud-Jobin».

«J'ai été très surpris par la réaction du maire, ce n'est pas vrai que j'ai fait ça (sa sortie) de mauvaise foi, rétorque MacMillan. Pour ce qui est de la lettre de cette dame, je sais que la politique va toujours me suivre parce que je suis un ancien politicien, mais je ne suis pas là-dedans pour faire de la politique. Je n'ai pas d'agenda, autre que de sauver les Olympiques.»

Pour le connaître un peu, je crois «le gros Norm» sur parole quand il dit ça, lui qui est un passionné de hockey. Il n'avait que de bonnes intentions en travaillant sur son comité de sauvegarde avec la députée Maryse Gaudreault et le conseiller municipal Maxime Tremblay.

La solution qu'ils proposent est la création d'un organisme à but non lucratif (OBNL) auquel la Ville et le gouvernement du Québec devraient contribuer, mais il semble acquis que l'offre d'acheter des heures de glace à raison de 1,2 million$ par année du maire Pedneaud-Jobin est insuffisante pour convaincre un partenaire privé de se lancer dans l'aventure.

Les Sénateurs d'Ottawa

Personnellement, je pense que la solution passe par l'intérêt des Sénateurs d'Ottawa à bâtir un complexe multiglaces à Gatineau, sur le modèle de leurs trois Sensplex à Ottawa. Comme par hasard, ils ont tous un point en commun: une association avec des compagnies de construction.

Comme par hasard aussi, Gilles Desjardins, de Brigil, avait un projet pour un complexe comprenant des patinoires et un centre de foires à Pointe-Gatineau qui a été rejeté par l'ancienne administration du maire Marc Bureau.

Quelqu'un pourrait mettre tout ce beau monde dans une même salle pour régler cet imbroglio une fois pour toutes?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer