MacMillan a besoin de plus de temps

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand le projet de complexe multidisciplinaire pour remplacer l'aréna Robert-Guertin est mort de sa belle mort, il y a un mois, Norm MacMillan avait demandé 30 jours pour essayer de régler le problème de bâtir un nouveau domicile aux Olympiques de Gatineau.

Alors que l'on vient de tourner une autre page de calendrier pour arriver en juillet, le gouverneur de l'équipe de la LHJMQ et ancien politicien me confiait jeudi qu'il va avoir besoin d'un peu plus de temps avant d'arriver avec un plan concret, ce qui n'est pas surprenant.

«Mais j'ai une solution, je pense», a-t-il affirmé d'entrée de jeu quand je l'ai joint.

Avant de déposer un rapport aux actionnaires des Olympiques, qui l'ont mandaté pour essayer de sortir l'équipe du cul-de-sac dans lequel elle se trouve alors que la Ville de Gatineau a manifesté son intention de fermer le «vieux Bob» dans trois ans, veut visiter deux amphithéâtres construits au cours des dernières années, le Centre d'excellence Sports Rousseau de Blainville-Boisbriand et le Meridian Center de St. Catharines, en Ontario.

«Tout le monde est en vacances, c'est plus compliqué d'organiser des rencontres (l'été). Je vais attendre un peu avant de finaliser quoi que ce soit...

«J'ai rencontré beaucoup de monde, les Sénateurs, plusieurs entrepreneurs, des comptables, des avocats pour voir ce qu'est un O.B.N.L. (organisme à but non-lucratif), la Chambre de commerce... Dans le fin fond, je ne suis pas prêt à entrer dans les détails, mais ça va être aux Olympiques de s'organiser, dans le sens de peut-être gérer l'aréna eux-mêmes», a-t-il avancé.

C'est ce modèle qui est en place à Blainville-Boisbriand, domicile de l'Armada qui compte 3100 places et qui a été construit au coût de 20,1 millions $ en 2011. À St. Catharines, on parle d'un modèle différent puisque le Meridian Centre de 5300 sièges inauguré l'an dernier après un investissement de 50 millions $ appartient à la Ville, mais est géré par la filiale canadienne d'une compagnie américaine (SMG).

L'ancien ministre délégué de l'Outaouais au sein du gouvernement libéral pense que la subvention de 26,5M$ de Québec qui avait été promise pour le complexe multidisciplinaire pourra être «sauvegardée». Il voudrait qu'elle soit transférée dans un nouveau projet qui devra être élaboré en partenariat avec Gatineau, qui avait mis 37M$ de côté pour son ancien projet, rejeté par le Conseil municipal quand la facture a grimpé à plus de 74M$.

«(Le conseiller) Maxime Tremblay travaille avec nous et il pense qu'on peut faire un genre de partenariat avec la Ville pour bâtir un aréna à un prix raisonnable, pour répondre aux besoins des Olympiques et de la Ville pour du temps de glace», estime MacMillan, qui travaille aussi de concert avec la députée de Hull Maryse Gaudreault dans le comité de sauvetage qu'il a mis sur pied.

Mais où?

Comme la municipalité a manifesté son intention de vendre le site actuel de Robert-Guertin, incluant son stationnement où devait été construit le fameux complexe multidisciplinaire, les Olympiques font face au défi de trouver un nouveau site pour leur éventuel projet.

«Je ne sais pas encore où ça va être. Il y a des propositions non officielles sur la table, des endroits qui seraient très potables pour avoir un aréna. Je ne pense pas que c'est un gros problème. Il y a des discussions qu'on peut avoir avec Gilles Desjardins, aussi. On n'est pas encore rendu là. Ce qui est primordial, c'est de prendre une décision sur la solution qu'on privilégie, sans sauter des étapes. Notre comité a fait son travail à 60-65%, ce sera ensuite aux gens à décider», mentionne-t-il.

Desjardins, faut-il le rappeler, est le président de Brigil Construction et un actionnaire des Olympiques. Il avait déjà offert de bâtir un complexe de plusieurs glaces avec un centre de foires et un hôtel à Pointe-Gatineau, projet rejeté du revers de la main par l'ancien maire Marc Bureau, mais qui pourrait refaire surface maintenant. Pour ce qui est d'une implication des Sénateurs, ils discutent surtout avec la Ville pour gérer un complexe similaire au Sensplex qui pourrait être bâti dans le secteur du Plateau, ce qui réglerait en partie la question de rénover les arénas de proximité si chère au maire actuel Maxime Pedneaud-Jobin. Ce dernier voulait d'ailleurs transférer la subvention de 26,5M$ de Québec à cet effet, demande qui aurait reçu une fin de non-recevoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer