Irrépressible rivalité

Le défenseur des Panthers Erik Gudbranson n'aime pas... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le défenseur des Panthers Erik Gudbranson n'aime pas voir ses rivaux floridiens connaître autant de succès en séries.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Erik Gudbranson l'admet d'emblée, il n'est pas facile pour lui de regarder les matches de la finale de la coupe Stanley de ce temps-ci.

Le défenseur des Panthers de la Floride n'a participé aux séries éliminatoires qu'à la première de ses quatre saisons dans la LNH, disputant sept parties, alors que là, le plus grand rival de son club, le Lightning de Tampa Bay, n'est plus qu'à deux gains de ramener le précieux trophée dans l'état qu'ils partagent.

« On joue huit fois par année contre eux et il y a une grosse rivalité. C'est donc un peu difficile de les voir là, mais c'est une excellente équipe. Certainement que nous allons être compétitifs avec eux l'année prochaine. Notre club est jeune, mais il a beaucoup progressé la saison dernière », me confiait-il hier quelques minutes avant le coup de départ de la classique qui porte son nom, présentée au club Marshes de Kanata.

Les Panthers ont effectivement amassé 25 points de plus en 2014-2015 (91) que lors de la saison précédente, pour passer du 14e rang dans l'Est au 10e, ratant une participation à la danse du printemps par sept points.

« Tous les gars dans notre équipe pourraient te dire qu'il y a sept parties qu'on n'aurait pas dû perdre, ce qui aurait pu nous donner 105 points et la troisième place dans l'association. L'an prochain, il faut trouver un moyen de les gagner, ces matches-là », pense Gudbranson.

L'arrière de 23 ans originaire du secteur Orléans à Ottawa pense que ce sera possible avec la maturation d'attaquants comme Jonathan Huberdeau et Aleksander Barkov, ainsi qu'avec la présence pour une saison complète de l'immortel Jaromir Jagr. À la ligne bleue, Gudbranson sera aussi un an plus vieux, tout comme le jeune et talentueux Aaron Ekblad, le premier choix de l'an dernier qui est un candidat au trophée Calder de recrue de l'année.

« Je pense que j'ai eu une bonne saison, le jeu a semblé ralentir pour moi et j'ai monté mon niveau de jeu. Jouer avec Willie Mitchell en deuxième moitié de saison a vraiment aidé. Ça m'a permis de simplifier mon jeu défensif. Il va me rester à augmenter mes opportunités en attaque », note l'ancien premier choix (3e au total en 2010) qui a récolté 4 buts et 13 points en 76 parties la saison dernière.

TOURNOI DE GOLF

Son tournoi d'hier, à sa deuxième édition, a attiré une vingtaine de joueurs actuels et anciens de la LNH, incluant les Franco-ontariens Martin St-Pierre et Kevin Lalande, qui ont passé la dernière saison dans la KHL.

Son frère Alex, de l'organisation du Wild du Minnesota, était également présent tout comme le cadet de la famille, Dennis, la motivation derrière l'implication de la famille Gudbranson dans cette collecte de fonds dans le cadre de la Semaine nationale du don de sang. Diagnostiqué de la leucémie il y a 10 ans, Dennis avait été sauvé par 76 transfusions de sang en plus d'une greffe de moelle osseuse.

Donna Leith-Gudbranson, la mère d'Erik, qui a insisté pour que tous ses enfants parlent français en grandissant, est d'ailleurs la vice-présidente du comité de collecte de fonds pour la région d'Ottawa de la campagne nationale pour doter le pays d'une banque de sang de cordon ombilical.

« Comme famille, on s'est engagé à amasser 150 000 $ dans une campagne de 12,5 millions $. C'est une belle activité familiale alors qu'on doit beaucoup aux services de sang et au CHEO. On leur doit la vie de notre fils (Dennis). Ça fait 10 ans que nous sommes passés à travers cette épreuve et on a apprécié énormément ce qui nous avait été donné. C'est à notre tour de redonner à la communauté », rappelle-t-elle, espérant que le tournoi de cette année égale la récolte de 50 000 $ de l'an dernier.

EN VITESSE

Parlant de tournois de golf-bénéfice, la septième édition de celui pour la Fondation Mathis Dumais-Dontigny aura lieu vendredi au club Tecumseh de Gatineau sous la présidence d'honneur encore une fois de Jean-Gabriel Pageau, des Sénateurs. Jean, le père de ce dernier, m'avise que le tournoi affiche complet, mais qu'il est toujours possible de faire un don à la fondation en visitant le mathisdumaisdontigny.com. Les fonds amassés seront remis à des organismes à but non-lucratif : le CHEO ; LEUCAN de la région de l'Outaouais, ainsi que d'autres organismes enregistrés dans la région qui viennent en aide aux personnes malades.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer