Henry et Murray parmi les grands d'Ottawa

Charles Henry et Bryan Murray ont fait leur... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Charles Henry et Bryan Murray ont fait leur entrée dans le Temple de la renommée des sports d'Ottawa vendredi soir.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il devrait y être considéré au même titre que Brian Kilrea, mais Charles Henry ne pense pas un jour faire son entrée au Temple de la renommée du hockey.

Pour l'ancien grand manitou des Olympiques de Hull/Gatineau, entrer au Temple de la renommée des sports d'Ottawa vendredi soir était donc le summum de sa carrière dans le monde du hockey.

L'ancien pompier à la Ville d'Ottawa pendant 35 ans appréciait être intronisé dans ce panthéon en même temps que le directeur général des Sénateurs Bryan Murray, une connaissance de longue date.

« Le Temple de la renommée du hockey, c'est vraiment pour les pros de la Ligue nationale. Moi, je suis très content d'être ici, c'est assez bon pour moi », a confié celui qui a dirigé la destinée des Olympiques pendant 26 ans, de 1985 à 2010.

Personnellement, je pense que Henry devrait aussi être considéré pour le Temple qui a pignon sur rue à Toronto, pour sa contribution au développement du hockey junior. Il a changé celui-ci de plusieurs façons, notamment en repêchant Philippe Boucher à 15 ans alors que c'était illégal dans la LHJMQ (le règlement a été changé par la suite), en recrutant des joueurs des Maritimes (Cam Russell, notamment), des États-Unis (Jeremy Roenick) et de l'Ontario (Claude Giroux). Et on ne parlera pas de son développement d'entraîneurs comme feu Pat Burns, Alain Vigneault, Claude Julien et Benoît Groulx.

« Je pense qu'on a accompli beaucoup avec les Olympiques, mais les partisans étaient toujours là pour nous appuyer... Ensuite si tu travailles fort et qu'il y a du bon monde qui te supporte, les joueurs vont venir. Quand on a commencé ces choses-là (recruter hors Québec), c'est parce qu'il y avait une ouverture, aller chercher ces joueurs a fait notre succès », ajoutait celui qui a eu son gros mot à dire dans les sept conquêtes de la coupe du Président des Olympiques de 1986 à 2008, incluant la coupe Memorial de 1997.

Accompagné de son épouse Jeannine Coulombe (« la raison pour laquelle je suis ici », a-t-il dit) et de ses trois enfants, Henry a non seulement vu son travail avec les Olympiques être souligné, mais aussi ce qu'il avait fait auparavant dans le hockey mineur d'Ottawa, lui qui a fondé les Voyageurs d'Ottawa-Est dans les années 1970, en plus de mener les 72's de Vanier au titre de la Ligue de hockey junior B de l'Est de l'Ontario en 1974-1975 et les Rangers de Gloucester à celui de la Ligue centrale (junior A) en 1980-1981.

Bryan Murray lui a rendu un bel hommage la veille de la soirée d'intronisation, lui qui est lié à celui-ci par la bataille qu'ils livrent tous deux contre le cancer.

« Je connais Charlie depuis le temps où je dirigeais les Nats de Rockland (en 1976), il travaillait avec Jean-Marc Lalonde (le gérant de l'équipe). Ce sont de bons souvenirs. Nous avions gagné la coupe Centennial après avoir tiré de l'arrière 0-3 contre Guelph. Il a compilé toute une fiche avec les Olympiques de Hull/Gatineau, gagnant la coupe Memorial... C'était un gars que mes dépisteurs consultaient souvent pour moi, il connaissait tous les jeunes joueurs », a-t-il confié.

Concernant sa propre intronisation, Murray était fier de la partager avec ses neuf frères et soeurs avec qui il a grandi à Shawville : « Nous étions une grosse famille qui a appris très tôt qu'il fallait respecter les gens et bien les traiter. Dans nos vies, c'est ça qui est important, comment on traite les gens et comment ils nous traitent. J'ai été chanceux à ce chapitre », a-t-il dit avant d'inviter tout le monde en terminant à subir une colonoscopie « parce que ça pourrait sauver votre vie ».

Le Temple a aussi dévoilé hier une plaque en l'honneur de la joueuse de soccer Kristina Kiss et une autre pour l'équipe de football des Gee Gees de l'Université d'Ottawa de 1975, championne de la coupe Vanier.

Ancienne voix des 67's, des Rough Riders et de l'hippodrome Rideau-Carleton, Dave « The Voice » Schreiber, qui a la même date de naissance que Murray, a fait son entrée au Temple dans la catégorie médias, pour sa part. Un honneur aussi bien mérité.

L'ancien 67 Denis Potvin, l'entraîneur des Sénateurs Dave Cameron, le dg des Sabres Tim Murray, l'ancien Olympique Marty Johnson (entraîneur des Ravens de Carleton) et l'ancien Olympique John Chabot étaient parmi les personnalités présentes pour cette soirée.

Entendu pendant la soirée, l'entraîneur des Senators de Binghamton Luke Richardson a signé le contrat que les Sénateurs lui ont offert vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer