Alfie y croit, lui aussi

Le capitaine Erik Karlsson semble en mesure de... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le capitaine Erik Karlsson semble en mesure de mener ses Sénateurs en deuxième ronde des séries. Il a marqué sous les yeux de son mentor Daniel Alfredsson, vendredi, à Montréal.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un jeu illustre parfaitement pourquoi les Sénateurs ont remporté le match de vendredi soir et qu'ils ont maintenant semé une grosse graine de doute dans l'esprit du Canadien.

À la fin d'un deuxième tiers dominé largement par les locaux, Erik Karlsson a laissé partir un boulet de la pointe que P.K. Subban aurait pu bloquer, sauf qu'il s'est tassé pour le laisser passer, voilant du même coup son gardien Carey Price.

C'était 3-0 et la pente était trop abrupte à remonter contre un Craig Anderson en possession de tous ses moyens dans la Cabine téléphonique.

Karlsson, qui a décoché un clin d'oeil à la Patrick Roy à un adversaire en fin de match, a d'autant plus gagné cet autre duel contre son grand rival que ce dernier et son partenaire Andreï Markov ont plus tard cafouillé pour permettre à Erik Condra de s'échapper et sceller l'issue du match.

Tout cela sous le regard intéressé de son mentor, Daniel Alfredsson, qui a regardé le match dans la loge de Bryan Murray.

«On sait qu'on doit avoir de la circulation devant lui (Price), il est le meilleur gardien de la ligue. C'est difficile d'arrêter les rondelles que tu ne vois pas», analysait Karlsson après coup.

Alfredsson prenait toujours un malin plaisir à bien jouer contre le Tricolore (107 points en 87 parties de saison contre eux, et 6 en 5 lors de la série de 2013), et il a porté bonheur au club avec qui il a pris sa retraite plus tôt cette saison.

«C'était bien de le revoir, il vient de passer deux semaines au Mexique. Ces situations lui manquent, jouer de gros matches comme ça. C'était plaisant de lui jaser un peu pendant la journée», a ajouté le capitaine.

«Je n'ai pas regardé beaucoup de hockey en personne cette saison. C'est amusant de revenir dans cet édifice, l'atmosphère est pas mal fantastique. Ça me manque. Heureusement, Bryan est assez gentil de m'inviter à l'occasion. Je ne peux pas toujours à cause du hockey mineur, mais c'était une bonne journée (vendredi) et on va voir pour dimanche», a raconté Alfredsson à un petit groupe de journalistes qui l'ont accroché à la porte du vestiaire.

Les Sénateurs sont rendus à mi-chemin d'un retour improbable, mais leur ancien capitaine, qui avait déjà dit que son club n'était «probablement pas» capable de revenir d'un déficit de 1-3 contre Pittsburgh, a l'air de croire en leurs chances.

«Ce n'est pas commun, mais j'ai lu quelque part que les champions de la coupe Stanley l'an dernier (Los Angeles) l'ont fait en première ronde, donc ça donne le goût d'y croire à toutes les équipes. Il faut donner tout ce que tu as à tous les matches. Tu gagnes un match et ta saison continue. Ces gars-là ont joué assez de matches sous pression récemment qu'ils savent comment composer avec ça», a ajouté Alfredsson, qui confiait qu'il n'a toujours pas pris de décision quant à son avenir.

Pour revenir à Karlsson, il n'a pas aimé la punition qui lui a été infligée quand il a poussé Dale Weise devant le filet, faisant signe qu'il avait plongé. C'était 3-1 à ce moment, mais le jeu d'impuissance du CH (1 en 19 depuis le début de la série) a été muselé encore une fois. Il l'avait été aussi en tout début de rencontre quand Ottawa s'est fait prendre avec trop de joueurs sur la glace dès la première minute, donnant le ton à la rencontre.

Un mot sur la bisbille en fin de partie, Dave Cameron avait bien raison de dire que le dardage de Brendan Prust à l'endroit d'Anderson était un coup salaud (cheap, a-t-il dit en anglais). Bizarre que les officiels lui aient plutôt donné des punitions de double échec et rudesse, mais c'est ce sont des choses qui arrivent en séries. Comme Anderson s'est fait justice lui-même avec quelques bons coups de Sher-Wood (il n'a même pas été puni), il faut s'attendre à ce qu'il n'y ait aucune sanction supplémentaire de la part de la LNH.

Ça va ajouter du piquant au match de dimanche, en tout cas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer