Dérapages hors-glace

Les relations entre les partisans d'équipes adverses ne... (La Presse)

Agrandir

Les relations entre les partisans d'équipes adverses ne sont pas toujours aussi bon enfant que sur cette photo. L'intensité sur la glace se transporte malheureusement parfois dans les gradins.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les hostilités lancées avec le coup de hache de P.K. Subban à l'endroit de Mark Stone lors du premier match de la série Sénateurs-Canadien ont dégénéré depuis.

Pas sur la glace, où après un avertissement aux deux équipes par les bonzes de la LNH, les joueurs se sont contentés de s'échanger de nombreux coups d'épaules, sans retenue, mais dans la légalité.

Non, c'est à l'extérieur de la patinoire que ça s'est considérablement gâté. C'en est même désolant.

Il y a eu cet épisode de deux jeunes filles qui ont été harcelées par quelques hommes lors du match de vendredi dernier au Centre Bell, histoire qui a rapidement fait le tour du pays avec l'aide des réseaux sociaux. Pas fort, mais on se dit que ce n'est qu'une minorité de sans-dessein.

Puis arrive le match numéro trois de dimanche alors que la série se transporte au Centre Canadian Tire. Les Sénateurs profitent des cérémonies d'avant-match pour rendre hommage à leur entraîneur adjoint Mark Reeds, emporté par un cancer la semaine dernière. Comme le Canadien l'avait fait avant le premier match, avec toute la classe qu'on lui connaît, la foule est invitée à observer un moment de silence en sa mémoire.

Qu'est-ce qui a brisé le silence observé par les 20 500 spectateurs en cet instant de recueillement ? Un hurluberlu qui a crié très fort un « Go Habs Go », repris par d'autres partisans du Tricolore, ce qui fait que ceux des Sénateurs ont ressenti le besoin de répondre avec des « Go Sens Go ».

Pour reprendre la citation célèbre de l'entraîneur du CH Michel Therrien lors de la série de 2013 entre ces deux mêmes clubs, quel manque de respect.

Ça ne s'est pas arrêté là alors que les caméras de TVA Sports et d'autres médias ont capté des images de partisans des deux équipes qui se sont échangés des coups après le but vainqueur de Dale Weise en prolongation. Une préposée à la sécurité a été poussée au sol par un des belligérants qui avait pris le soin d'enlever son chandail des Sénateurs l'histoire ne dit pas s'il portait le 25 de Chris Neil avant de sauter dans l'échauffourée, et la police a dû s'en mêler pour rétablir la paix. Il semble cependant que le calme est revenu rapidement et qu'aucune accusation n'a été déposée.

DÉBORDEMENTS ET BOUSCULADES

La série Ottawa-Montréal n'est pas la seule où la passion de certains amateurs amène des débordements inacceptables : il y a également eu des bousculades entre les amateurs des Canucks et des Flames à Calgary dimanche soir. Et des partisans des Capitals se sont plaints d'avoir fait l'objet de commentaires racistes et homophobes, de douches de bière et de vandalisme dans le stationnement dimanche à Long Island.

Je peux comprendre les partisans qui sont fanatiques de leur équipe à ce temps-ci de l'année, au point de payer des centaines, sinon des milliers de dollars pour les encourager dans leur quête d'une coupe Stanley, à la maison comme à l'étranger.

Je peux accepter aussi ceux qui tirent la pipe des partisans de l'équipe adverse sur des médias sociaux comme Facebook, où leur visage est découvert, et Twitter, où bien des gens cachent leur vraie identité (beaucoup moins plaisant, parlez-en à mon collègue François Gagnon, de RDS, qui a eu le malheur dimanche de critiquer le français boiteux de l'annonceur maison au Coffre d'outils).

Mais lorsqu'il est question d'intimidation, de vandalisme, de bagarres à poings nus et de bousculades impliquant plusieurs personnes, je me dois de décrier de tels comportements barbares.

On ne parle pas d'une question de vie ou de mort, comme Mark Reeds et Bryan Murray avec leurs luttes contre le cancer. Ce n'est que du hockey. Du hockey intense, intéressant à suivre. Mais juste du hockey quand même. Calmez-vous le pompon, fanatiques qui ne sont pas capables de contrôler leurs émotions dans une foule.

DEVANT LE FILET

Le débat va reprendre aujourd'hui. Qui devrait être devant le filet des Sénateurs demain alors qu'ils joueront leur saison : Craig Anderson ou Andrew Hammond ? Je pense que Dave Cameron doit continuer avec Anderson. Même si Anderson a alloué un but douteux sur deux en se faisant surprendre par le tir de Weise en prolongation, le « Hamburglar » en a donné six sur sept lors des deux premières parties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer