Deux poids, deux mesures

P.K. Subban ne sera pas suspendu pour son... (Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

P.K. Subban ne sera pas suspendu pour son cinglage à l'endroit de l'attaquant des Sénateurs Mark Stone.

Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y a pas à dire, le numéro 61 ajoute du piquant à ces séries Sénateurs-Canadien.

Les rôles sont renversés par rapport à il y a deux ans, alors que c'était un joueur du Tricolore, Lars Eller, qui avait subi une commotion cérébrale lorsque frappé par Eric Gryba, vulnérable qu'il était en raison de la passe suicide décochée par «le joueur 61», Raphael Diaz.

Gryba avait été suspendu pour deux parties, rappelez-vous, tandis que P.K. Subban, un joueur étoile, n'aura pas de sanction supplémentaire pour son cinglage à l'endroit de Mark Stone mercredi. Ainsi en a décidé le préfet de discipline Stéphane Quintal hier, une décision que les Sénateurs ont bien tenté de faire renverser en annonçant qu'un test d'imagerie à résonnance magnétique avait révélé une microfracture du poignet droit de leur excellent attaquant recrue.

Un retour de Stone est «très douteux» pour le reste de cette série à tout le moins, a laissé entendre le directeur général Bryan Murray, qui trouve «troublant» que Quintal ait rendu sa décision avant même d'avoir le rapport médical complet, et que Subban aurait menacé son joueur auparavant.

Comme Murray, je pense que l'arbitre sur la glace, Steve Kozari, a rendu la bonne décision en imposant une pénalité majeure et une extrême inconduite de partie au défenseur montréalais. Même Subban était d'accord jeudi, d'ailleurs, lorsqu'il a fait face à une mêlée de presse monstre à Brossard.

En considérant qu'il a raté la moitié d'un match de séries, on peut dire qu'il a déjà purgé une certaine peine pour cette offense. Dans la LNH, les suspensions sont habituellement réduites de moitié au printemps, en raison de l'enjeu plus élevé des parties. C'est donc comme si Subban avait été suspendu pour un match complet, selon cette logique un peu tordue. Aurait-il mérité plus, comme un ou deux matches, pour ce coup de hache ? Possiblement, mais on parle d'un joueur vedette dans cette ligue où il y a deux poids, deux mesures.

Cameron s'en tire à bon compte

Ce qui m'a bien plus surpris, c'est que l'entraîneur-chef Dave Cameron s'en tire sans amende pour son commentaire d'après-partie où il a menacé Subban en des termes très clairs si la ligue ne lui imposait pas de discipline supplémentaire.

S'il n'a pas eu à sortir son chéquier, Cameron peut être certain que son club sera surveillé de près pour le reste de ce duel qui s'annonce passionnant, encore une fois. Les deux clubs ont certes été avertis que des débordements ne seront pas tolérés.

«La ligue va surveiller tout ce qu'on va faire ou dire, on le sait et ça ne nous dérange pas. On ne menace personne ici, on demande juste que justice soit rendue dans une situation où nous avons perdu un de nos meilleurs joueurs», a lancé Murray quand je lui ai posé une question à ce sujet.

Il n'obtiendra pas cette justice, à moins que Quintal se ravise, et maintenant les Sénateurs devront faire bien attention de ne pas tenter de se faire justice eux-mêmes.

«Une de nos clés est que la discipline passe devant l'émotion, c'est ce qu'on va prêcher», a souligné jeudi un Cameron plus posé que la veille.

Ses joueurs avaient majoritairement l'air résignés à contrôler leurs impulsions vengeresses, en tout cas c'est ce qu'ils ont laissé entendre.

«Il faut qu'on passe par-dessus ça et qu'on pense au prochain match. On verra comment Stoner se sent (vendredi matin). Ce n'est pas facile de tourner la page, mais ça ne peut pas être le gros titre dans notre vestiaire», estimait le défenseur Marc Méthot.

«Si on perd Stoner, c'est une lourde perte, il est un de nos meilleurs. Mais on fait face à de l'adversité depuis deux mois, c'en est juste une autre forme», a noté le gardien Andrew Hammond.

Atteint sur le casque d'un coup de bâton de Subban plus tôt dans le match, Jean-Gabriel Pageau ne sait pas trop pourquoi l'infraction appelée par un officiel avait été annulée. «Apparemment qu'un autre arbitre a appelé une rondelle jouée avec un bâton élevé sur la même séquence. Je n'ai pas eu d'explications, moi et les arbitres, on ne se parle pas trop... Chose certaine, la discipline va demeurer dans notre plan de match», a mentionné le Gatinois qui a joué un fort match.

Si Stone ne peut pas jouer et que c'est Chris Neil qui le remplace, comme à l'entraînement de jeudi, ce dernier devra adhérer à ce plan de match.

Et pendant ce temps, avec toute cette controverse, personne ne parle de Bobby Ryan qui en arrache plus que jamais, au point où on se demande s'il n'est pas blessé, lui aussi. Il n'a pas fait face à la musique, jeudi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer