Price remporte son duel

Carey Price n'a pas été sensationnel. Il a... (Paul Chiasson, La Presse Canadienne)

Agrandir

Carey Price n'a pas été sensationnel. Il a seulement été meilleur que son vis-à-vis des Sénateurs.

Paul Chiasson, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il fallait bien que la bulle du Hamburglar crève à un moment donné.

Mais alors que le Canadien devait se débrouiller sans son meilleur marqueur, Max Paciortetty, et avec son meilleur défenseur, P.K. Subban, chassé du match en milieu de partie, qui aurait pensé que les anciens Sabres Torrey Mitchell et Brian Flynn mèneraient la charge pour ramener Andrew Hammond sur terre?

Dire que quelques heures avant la rencontre, Roberto Luongo avait blagué sur Twitter que «ce que j'ai le plus hâte de regarder en première ronde, c'est la confrontation entre le meilleur gardien au monde et Carey Price».

Ce dernier a été humain lui aussi, mais il a effectué quelques arrêts spectaculaires pour préserver le gain de 4-3 du Canadien contre les Sénateurs à la Cabine téléphonique, notamment contre Curtis Lazar alors qu'il était étendu de tout son long.

«Les roues du chariot sont tombées un peu en deuxième. J'aurais aimé faire l'arrêt suivant qui aurait stoppé l'hémorragie, mais je n'ai pas été en mesure de le réaliser. Mais pour 60 minutes, je pense avoir été assez décent», a dit Hammond pour analyser sa performance, lui qui ne se disait pas dérangé par les amateurs qui scandaient bruyamment son nom.

Il est généreux dans son évaluation parce qu'il n'a pas bien paru sur le but de Mitchell qui a ouvert les valves de cette période médiane un peu folle, ainsi que lorsque Flynn est sorti du coin pour le contourner trop facilement. Tomas Plekanec l'a aussi déjoué entre les jambières 15 secondes après le but de Mitchell.

On se demandait si Craig Anderson n'allait pas être lancé dans la mêlée en troisième période, mais l'entraîneur-chef Dave Cameron dit qu'il n'y a jamais pensé. «Je n'ai aucun problème avec mon gardien, nous n'avons juste pas été assez bons devant lui», a-t-il lancé.

Subban suspendu?

Cameron avait bien plus à redire au sujet du cinglage de Subban à l'endroit de Mark Stone.

«Allez-vous payer mon amende?» a-t-il demandé quand le sujet est arrivé sur le tapis.

«C'est un cinglage violent à une partie du corps qui n'est pas protégée. Il y a deux solutions: ils peuvent le suspendre, ou un de leurs meilleurs joueurs va se faire cingler et ils vont nous donner un cinq minutes. Ce n'est pas si compliqué», a-t-il lancé, un commentaire incendiaire qui risque effectivement de lui valoir une amende.

Ça me surprendrait énormément que la LNH accède à sa demande de suspendre Subban, étant donné que l'inconduite de partie qui accompagnait sa majeure est survenue assez tôt dans le match, et que Stone est revenu au jeu par la suite, même s'il n'était «pas à 100%», selon Cameron.

Clarke MacArthur a été encore plus coloré que son patron en disant que le coup de Subban était «un cinglage de bûcheron» et un «coup de tomahawk».

Évidemment que Michel Therrien n'était pas d'accord avec ces évaluations. «C'était un slashing... un bon coup de Sher-Wood, comme on dit, mais ça ne méritait pas une majeure à notre avis», a-t-il lancé.

Cette controverse devrait animer les choses aujourd'hui, en attendant le match numéro deux de demain soir.

D'ici là, les Sénateurs devront trouver un moyen de resserrer leur défensive devant Hammond, qui demeure l'homme de confiance de Cameron jusqu'à nouvel ordre. Ça devrait être plus facile à faire que de trouver un moyen de relancer un Bobby Ryan complètement invisible hier, au point où il a été relégué au quatrième trio et remplacé par Mike Hoffman sur la deuxième unité, aux côtés de Mika Zibanejad et Milan Michalek, en troisième période.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer