Entendu au Centre Bell

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce n'était pas Paul MacLean qui blâmait le «joueur 61» du Canadien, à l'époque Rafael Diaz, pour la passe suicide qui avait permis à Eric Gryba de sonner Lars Eller. Ou MacLean qui rétorquait à Brandon Prust qu'il «n'était pas gros» quand il l'a traité de «gros morse aux yeux globuleux».

Dave Cameron a quand même fait rire les nombreux médias assemblés au Centre Bell mercredi matin pour son premier point de presse de la série entre ses Sénateurs et le Tricolore quand je lui ai demandé si, en grandissant sur son Île-du-Prince-Édouard, il était un partisan du Canadien.

«Je détestais les Habs. Mes quatre frères prenaient pour Montréal, mon père et moi étions pour Toronto, ma mère pour Boston et ma soeur s'en balançait. Dans ce temps-là, vous vous rappelez qui gagnait la plupart du temps, donc mon père et moi étions très humbles. Mes frères me le rappellent encore», a-t-il lancé sous les rires généraux.

Ses frangins auraient changé de camp maintenant qu'il est à la barre des rivaux du «CH», et Cameron disait espérer qu'ils ne changeront pas d'allégeance. «Si je me fie à leurs textos, oui, ils sont de mon bord. Mais un autre de mes amis m'a écrit, il m'a dit qu'il a vu mon frère aîné à l'église et il lui a rappelé qu'il était un ex-partisan des Habs. J'espère qu'il va le demeurer», a-t-il renchéri.

C'est bon signe de voir l'entraîneur-chef d'un club détendu avant une série, d'autant plus que la veille, Cameron était abattu en parlant du décès de son adjoint Mark Reeds, dont le souvenir sera perpétué pendant ces séries par ses initiales inscrites sur les casques des joueurs. Quand il s'est fait demander pourquoi Steve Stirling avait été promu de Binghamton, il a rétorqué: «On avait besoin de quelqu'un qui ressemble à Bill Clinton.»

***

On a fait grand cas à Montréal du fait que les Sénateurs aient tenté de limiter la vente de billets pour les parties au Coffre d'outils aux résidents de la région de la capitale nationale, l'est ontarien et l'Outaouais. La direction du Canadien n'a pas imposé de telles restrictions, elle, ce qui fait qu'il y avait plusieurs partisans d'Ottawa au match de mercredi, même s'ils étaient minoritaires.

«Je n'ai pas eu de misère à m'en procurer, je suis passé par StubHub et pour 200 $, nous avons obtenu de très bons billets», racontait Jean-Philippe Gosselin, un partisan d'Ottawa portant fièrement son chandail numéro 27 en l'honneur de Curtis Lazar, perdu dans une mer de chandails tricolores au FanJam tenu dans un terrain vacant près du Centre Bell.

Au milieu de l'entrevue, un partisan du Canadien s'est mis à le huer. «C'est la différence entre les partisans d'Ottawa et ceux de Montréal. À Ottawa, on n'écoeure pas les fans des Canadiens. Alors qu'ici, sur les centaines de personnes que je croise, il y en a une sur 10 qui va m'écoeurer. Mais moi, je trouve ça plus excitant comme ça», a-t-il ajouté.

On verra bien dimanche combien de partisans du Tricolore l'ont imité en se trouvant des billets sur le marché de la revente. Alors que les Sénateurs ont mis quelques billets en vente, il y en avait près de 600 disponibles pour le troisième match de dimanche sur StubHub, et près de 1000 pour celui de mercredi.

***

Les Sénateurs ont encore leur porte-bonheur de la série de 2013 contre Montréal, Jean-Gabriel Pageau. Mais lors de cette série, le Tricolore n'avait pas utilisé le sien, la chanteuse Ginette Reno, qui les a «aidés» à atteindre la finale de l'Est l'an passé.

«Je ne la connais pas beaucoup, mais j'ai suivi les séries de l'an dernier et je sais que l'ambiance va être incroyable (après l'hymne national). Ça va être une bonne expérience pour tous les gars», estimait Pageau en matinée.

Erik Karlsson connaît encore moins la grande dame de la chanson québécoise, mais il pensait pouvoir utiliser l'énergie des amateurs montréalais à son profit: «C'est la meilleure grange dans la ligue au niveau de l'atmosphère, de l'énergie dans l'amphithéâtre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer