Bulle pétée? Pas grave!

Personne ne se formalisait du fait qu'Andrew Hammond... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Personne ne se formalisait du fait qu'Andrew Hammond soit retombé sur terre.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'était inévitable, il fallait bien que la bulle d'Andrew Hammond pète à un moment donné. Le fantôme de Frank Brimsek peut dormir tranquille.

Ça s'est adonné que c'est arrivé le soir où 10000 masques à l'effigie du Hamburglar étaient distribués à l'entrée du Coffre d'outils, dans une atmosphère de séries éliminatoires.

La soirée du gardien des Sénateurs est bien mal partie alors qu'il avait dû retraiter au vestiaire avant d'être présenté comme partant en raison d'un lacet de patin qui s'est cassé en mettant le pied sur la glace, ce qui lui a fait rater l'hymne national. Quand il a été déjoué sur le premier tir auquel il a fait face, celui de Denis Seidenberg qui a fait 1-1 avant même la fin de la première minute de jeu, le ton était donné.

À son crédit cependant, il ne s'est pas écroulé complètement et avec un pointage de 4-4 en troisième période, alors que sa série de parties avec deux buts ou moins alloués pour amorcer sa carrière avait été arrêtée à 12, il a stoppé tous les 10 tirs, la majorité de routine, des Bruins pour aider son club à mettre la main sur une grosse, très grosse victoire.

Ce gain qui les rapproche à deux points de Boston et du dernier rang donnant accès aux séries signifie qu'ils sont officiellement dans la course aux séries maintenant. Une course qui s'annonce passionnante au cours du prochain mois.

«Je voulais juste tout faire pour qu'on continue à s'approcher des séries, confiait Hammond après son 13e match sans revers en temps réglementaire, à trois du record de 16 de Patrick Lalime (14-0-2). Je mentirais si je disais que je n'étais pas plus nerveux pour ce match important et en ratant l'hymne national, je n'ai pas pu chasser ces papillons comme je le fais d'habitude. Quand ils ont marqué sur leur premier but, je n'étais pas trop inquiet car j'ai bâti assez de confiance au cours des dernières semaines. Ce n'était pas pour me briser, je me suis donc préparé à faire le dernier arrêt.»

Son dernier gros arrêt, il l'a réalisé contre Maxime Talbot, qui s'est amené presque seul devant lui en profitant d'un revirement commis par Erik Karlsson. C'était 4-4 à ce moment et peu après, Bobby Ryan brisait l'égalité avec un but un peu chanceux, Tuukka Rask allouant un mauvais retour sur son tir inoffensif avant de voir la rondelle dévier sur Zdeno Chara et dans son filet.

«Ce n'était pas notre meilleur match défensif, mais comme gardien, quand tu donnes quatre ou cinq buts, tu ne peux pas dire que tu as bien joué, avouait le gardien finlandais des Bruins. Sur le cinquième but, je voulais rediriger la rondelle vers le coin et la rondelle a sauté par-dessus mon bâton et je n'ai pas pu contrôler le retour. Il y en a plusieurs que j'aurais dû contrôler mieux, mais je ne pouvais rien faire sur celui-là et la rondelle a rebondi sur une jambière ensuite.»

«Plus que ça»

C'est le lot des Sénateurs au cours de cette heureuse séquence où Hammond a une fiche de 12-0-1, la chance semble être de leur bord également. Mais il y avait plus que ça, estimait le pilote des Bruins Claude Julien.

«Il voulait cette victoire plus que nous. C'est décevant, dans un si gros match, tu t'attends à un meilleur effort de la plupart de nos gars. Il faut se regarder dans le miroir et arrêter de se compter des histoires. Est-ce qu'on veut ou pas avoir une place en séries? Il faut être capable de bien jouer dans ces gros matches, mais nous avons joué mollement devant notre filet», a-t-il lancé lors de son court point de presse.

L'arbitre gatinois Francis Charron était d'office lors de ce match et il s'est retrouvé dans une position difficile alors que son collègue Kelly Sutherland a quitté après avoir été blessé en première période.

Charron s'est fait prendre en deuxième quand il a donné une punition à Kyle Turris alors que Loui Ericksson avait clairement plongé. Une punition qui s'est avérée mouvementée puisqu'après une autre mineure à Eric Gryba, les Bruins ont marqué en avantage double, Jean-Gabriel Pageau a marqué en désavantage numérique et Torey Krug a fait 4-4 tout juste après le retour sur la glace de Gryba.

Charron a été blessé lui aussi en début de troisième période lorsqu'atteint par une rondelle égarée, mais il a réussi à terminer le match malgré la douleur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer