Accueil mitigé pour Jason Spezza

Jason Spezza n'a rien cassé à son retour... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Jason Spezza n'a rien cassé à son retour à Ottawa.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le grand retour en ville de Jason Spezza a été triomphal, son club remportant ce qu'il a qualifié de «grosse victoire sur la route».

L'accueil de ses anciens partisans à son retour au Coffre d'outils a été ce à quoi il fallait s'attendre d'un joueur qui avait été une cible de critiques pendant presque toutes ses 11 saisons, et qui avait exigé d'être échangé par surcroît: mitigé.

Quand un court montage vidéo de ses meilleurs moments a été montré à l'écran géant à la première pause du premier vingt, il avait déjà été hué à une première reprise en touchant la rondelle, mais plusieurs se sont ensuite levés pour lui témoigner leur appréciation pour une décennie de hockey parfois spectaculaire.

Il a été hué à nouveau par la suite, mais à part pour quelques bons tirs arrêtés par Robin Lehner en deuxième période, il n'a pas été trop dangereux dans ce gain de 6-3 de ses Stars de Dallas et il est reparti avec son petit bonheur, les Sénateurs demeurant la seule équipe contre qui il n'a pas amassé de points au fil de sa carrière.

En plus, un des joueurs obtenus en retour de ses services, Alex Chiasson, a marqué, lui, secouant une longue disette de 16 matches sans secouer les cordages.

«Je me balance pas mal de ne pas avoir de point, pour être bien honnête. J'aurais bien aimé ça, mais mes deux parties contre eux ont été deux de mes plus faibles, j'imagine en raison de toutes les distractions. J'amasse bien des points, c'est correct. Je suis juste content d'avoir gagné. Quand ils ont fait 3-3, j'ai commencé à être nerveux», a raconté Spezza en riant après le match.

«Je suis content que ce soit terminé, c'était un match émotif. Je remercie les Sénateurs pour l'hommage qu'ils m'ont fait et comment les amateurs m'ont reconnu. C'était un excellent chapitre de ma carrière qui s'est écrit ici, et c'était une bonne façon de le clore. Maintenant, mon avenir est avec les Stars», a-t-il ajouté.

Spezza a entendu les huées, et il n'en voulait pas à leurs auteurs: «C'est ça, le hockey. Je m'y attendais un peu, j'ai quand même demandé un échange. Mais l'organisation et moi, nous avions eu de bonnes discussions. Ces divorces ne sont jamais faciles, mais celui-ci a été le plus amical possible. Ils m'ont donné la chance de jouer ailleurs et de tenter de gagner d'une façon différente», m'a-t-il répondu quand je l'ai interrogé à ce sujet.

Pas certain que les Stars vont gagner dans l'Ouest en jouant de façon aussi ouverte qu'ils le font, mais en tout cas.

Les Sénateurs, eux, étaient pas mal tout croches à leur retour de la pause du match des étoiles.

Mais au moins, Chiasson a trouvé le moyen de secouer sa torpeur, qui a failli lui coûter de passer ce match contre son ancien club dans les gradins.

Les changements de trios apportés par Dave Cameron n'ont pas trop fonctionné, mais au moins ses remaniements en troisième période, quand il a inséré Kyle Turris entre Chiasson et Mike Hoffman, ont fonctionné. Malheureusement, ce même trio était sur la glace quand le défenseur John Klingberg a profité du revirement de Hoffman à la ligne bleue adverse pour aller compter à l'autre bout, profitant d'une faiblesse de Robin Lehner.

Ce dernier n'avait pas été faible sur les trois premiers buts des visiteurs, mais son langage corporel laissait croire qu'il n'était pas à l'aise encore une fois. Il s'était replacé un peu en deuxième période, effectuant de bons arrêts même s'il se battait souvent avec la rondelle. Des poteaux de Tyler Seguin et Patrick Eaves l'ont aidé aussi.

Ce dernier, un autre ancien des Sénateurs, a joué un fort match, obtenant une passe et sauvant un but en troisième période quand c'était 3-3, arrêtant la rondelle tout près de la ligne des buts après un tir de Mika Zibanejad.

Et l'autre ancien Sénateur, Ales Hemsky, a aussi touché la cible, en première. N'importe qui sauf Spezza!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer