En état de grâce

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En matinée, Jean-Gabriel Pageau disait souhaiter que le passage du Canadien au Coffre d'outils lui permette enfin de marquer son premier but de la saison.

Souhait exaucé.

Peut-être que la présence également de son ancien entraîneur avec les Olympiques, Benoît Groulx, l'a inspiré également car le Gatinois a joué un match semblable à celui, mémorable, où il avait réussi un tour du chapeau en séries contre le Tricolore au printemps 2013.

Une fois que Groulx, Curtis Lazar et le préposé à l'équipement Serge Haché ont été présentés à la foule pour souligner leur conquête de la médaille d'or du Championnat mondial junior avec Équipe Canada, Pageau s'est chargé d'une bonne partie du spectacle.

Il était partout sur la patinoire, marquant ce fameux premier but qu'il attendait depuis 13 parties en saisissant un retour de Milan Michalek pour donner les devants 2-1 à son club, ramenant le fameux chant des partisans qui scandent son nom sur l'air de «Olé Olé».

Il a ajouté une passe en deuxième période, aidant Erik Karlsson à mettre fin à une disette de 15 matches. Il a obtenu une demi-échappée où Dustin Tokarsky a arrêté son revers d'une seule main.

Et probablement plus important encore, il a sauvé un but en désavantage numérique en sautant sur une rondelle libre dans l'enceinte au deuxième vingt, quand son club a éprouvé des problèmes de discipline.

«J'ai fait une célébration comme si c'était mon 50e et non mon premier, a-t-il raconté en souriant lors d'un point de presse évidemment fort couru après le match. C'est certain que ça enlève beaucoup de pression et ça me motive à continuer. Voir Ben Groulx et Serge Haché, des personnes que j'ai eu l'occasion de côtoyer, c'est certain que c'était une petite motivation aussi.»

Groulx me l'a confirmé dans un texto pendant le match, il n'avait pas eu l'occasion de lancer une petite pointe à son ancien capitaine lorsqu'il s'est amené sur le tapis rouge.

On dirait que la présence seule du «CH» suffisait à rendre le numéro 44 dans un état de grâce, lui qui avait aussi amassé deux points lors du cinquième match de la série remportée en cinq par les Sénateurs quand il était une verte recrue.

«Le Canadien fait ressortir ce qu'il y a de meilleur chez lui. Il vient de Gatineau, affronter Montréal doit être quelque chose de très excitant pour lui. Moi, en tout cas, je suis content pour lui. Je suis content qu'il ait enfin été récompensé en inscrivant quelques points», a d'ailleurs noté son entraîneur Dave Cameron.

Lors de ses trois autres parties de saison régulière contre eux, Pageau avait cependant été blanchi.

Il savourait donc cette performance qui devrait lui permettre d'assurer son poste pour le reste de la saison, malgré le retour plus ou moins imminent de blessés comme Chris Neil et Zack Smith.

«On avait perdu nos cinq derniers matches contre eux et c'était important pour nous de l'emporter... Moi, j'ai beaucoup de mes amis qui sont des partisans du Canadien, je vais pouvoir les taquiner un peu en les ayant battus (hier). Je pense qu'ils vont être contents pour moi, mais je vais m'assurer de les texter», a-t-il blagué.

La cerise sur le sundae, ça aurait été de se faire accorder un lancer de punition en troisième quand il a été fauché par Nathan Beaulieu alors qu'il filait seul vers Tokarski. Les arbitres, dont le Gatinois Francis Charron, n'étaient cependant pas d'accord qu'il y avait eu infraction sur la séquence où Pageau est allé choir contre le poteau du filet.

«On espère tout le temps, on chiale toujours pour avoir un tir de punition, mais non, je pense qu'il a fait un beau jeu défensif», a-t-il cependant avoué bien honnêtement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer