Érik Bédard prépare son retour

Érik Bédard étudie présentement deux offres de contrat,... (USA TODAY Sports)

Agrandir

Érik Bédard étudie présentement deux offres de contrat, mais refuse de dévoiler l'identité des équipes intéressées.

USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Champions d'Ottawa peuvent oublier Érik Bédard comme lanceur vedette à leur première saison.

Les lanceurs gauchers sont comme des chats qui ont neuf vies, et celui de Navan pense qu'il pourra encore se trouver du travail dans les majeures la saison prochaine, même s'il avait vu sa dernière campagne prendre fin prématurément l'an passé avec les Rays de Tampa Bay.

À 35 jours de l'ouverture des camps d'entraînement - signe que le printemps s'en vient pour ceux d'entre vous qui haïssent l'hiver, l'ami Denis «la Bottine» Gratton en tête - en Floride et en Arizona, Bédard me racontait hier qu'il étudie deux offres de contrat pour la saison 2015.

«Je ne peux pas dire quelles sont ces équipes, mais ce sont des offres similaires à ce que j'ai obtenu lors des dernières années, des contrats des mineures avec des primes si je joue dans les majeures. Il y en a une des deux qui est plus attrayante que l'autre à l'heure actuelle, d'ici une semaine ou deux, on devrait finaliser ça», me confiait-il hier.

Bédard, qui aura 36 ans au mois de mars, a obtenu des pactes de niveau AAA avec des invitations aux camps des majeures lors de ses trois dernières saisons, avec les Pirates de Pittsburgh, les Astros de Houston et les Rays.

Avec ces derniers, il a présenté une fiche de 4-6 avec une moyenne de points mérités de 4,76, obtenant 64 retraits sur des prises en 75,2 manches de travail avant de perdre son poste dans la rotation au début juillet. Envoyé dans l'enclos des releveurs, il n'a été utilisé qu'une fois dans ce rôle avant d'être libéré au début août. Comme il avait été inactif pendant près d'un mois, il a été incapable de se trouver du travail par la suite.

Mais il ne s'est pas découragé pour autant et il a repris son entraînement hors saison comme d'habitude à l'automne. Depuis deux semaines, il a recommencé à lancer régulièrement dans le garage chauffé de sa résidence à Navan, un endroit bien plus confortable que le poulailler d'un de ses oncles qu'il utilisait à ses premières années dans le baseball professionnel.

«En ayant des offres sur la table, c'est beaucoup plus motivant. Avant de les recevoir, parfois tu te demandes si tu fais ça (l'entraînement) pour rien. Savoir qu'il y a des possibilités, ça donne de l'espoir», note celui qui a aussi lancé pour les Orioles de Baltimore, les Mariners de Seattle et les Red Sox de Boston, présentant une fiche en carrière de 71-82 avec une MPM de 3,99 et 1246 retraits sur des prises.

Comme l'an dernier, Bédard se dit prêt à faire la transition vers l'enclos des releveurs, si cela répond mieux aux besoins de son équipe.

Il avait obtenu son seul sauvetage en carrière il y a deux ans avec Houston et le passage à un tel rôle de spécialiste pourrait lui permettre de prolonger sa carrière de quelques années encore.

En attendant de savoir vers quel état du Sud il ira le mois prochain, la Floride ou l'Arizona, Érik Bédard continue à profiter des joies de l'hiver, lui qui aime bien faire de la motoneige. Sa grande passion pour la chasse, il l'a assouvie à l'automne sur des terres qu'il a acquises dans le coin de Calabogie.

Les camps des majeures en février et mars devraient donc être intéressants sur deux fronts, avec Bédard qui tentera de prolonger sa carrière d'un côté et le Gatinois Phillippe Aumont qui tentera de faire le saut pour de bon avec les Phillies de Philadelphie, ces derniers devant le soumettre au ballottage s'ils ne se taillent pas un poste avec eux cette année.

En attendant de voir comment Aumont se débrouillera sur la butte, vous pourrez le voir en action sur la patinoire dimanche alors qu'il fera partie de l'équipe du 104,7 FM qui affrontera une formation de gens d'affaires de la région au bénéfice de la Fondation Pat-Burns, à 14h30 au Complexe Branchaud-Brière. Je vous en reparle plus tard cette semaine, mais en ce qui concernant le grand Phil, pour avoir joué un match amical avec lui, vous serez surpris de voir à quel point il est habile sur patins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer