Le dernier discours du capitaine

Daniel Alfredsson signera un contrat d'un jour ce... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Daniel Alfredsson signera un contrat d'un jour ce matin, pour lui permettre de prendre sa retraite dans l'uniforme des Sénateurs.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rentrant à la maison en ayant encaissé trois revers consécutifs, les Sénateurs d'Ottawa auraient bien besoin d'un Daniel Alfredsson en pleine forme dans leur alignement.

Alors qu'il signera ce matin un contrat d'un jour pour ensuite annoncer sa retraite du hockey, son dos le faisant trop souffrir pour qu'il poursuive son illustre carrière, ils devront plutôt se contenter de le voir participer à la séance d'échauffement précédent leur match de ce soir au Centre Canadian Tire contre les Islanders de New York, et probablement leur servir un dernier discours d'inspiration dans le vestiaire où il reprendra sa place, l'espace d'un soir.

«Ça va être une journée triste, mais c'est excitant en même temps. Ça va être spécial, tout le monde va être excité de le voir à nouveau, surtout dans ce vestiaire où tout le monde le respecte énormément», soulignait hier son compatriote et successeur comme capitaine, Erik Karlsson.

«Je ne sais pas trop ce qu'il va faire sur la patinoire. J'imagine qu'il va effectuer quelques lancers. Et peut-être s'étirer avec Chris Phillips et moi près de la ligne bleue, comme on le faisait par le passé», a-t-il ajouté.

Tourner la page

Avec cette soirée spéciale, les Sénateurs devraient tourner la page sur le triste épisode de la dispute contractuelle qui a mené l'ancien numéro11 à disputer sa dernière saison dans la LNH avec les Red Wings de Détroit. C'est en tout cas ce que pense Karlsson.

«Je pense que c'est une bonne façon de faire les choses. L'organisation a fait un bon choix en organisant ça, c'est la façon honorable et juste de finir une carrière qui l'a vu passer 99% de son temps avec cette équipe et dans cette ville... Je n'ai jamais pensé qu'il y avait vraiment de mauvaises relations entre l'équipe et Daniel, il n'était pas fâché contre l'organisation. Il aime encore cette équipe et cette ville, et les Sénateurs d'Ottawa montrent qu'ils l'aiment tout autant. Ce qui s'est passé (l'an dernier) ne va pas jeter un ombrage sur tout ce qu'il a fait dans cette communauté où il devrait prendre sa retraite», pense le défenseur suédois qui a demeuré chez les Alfredsson lors de sa saison recrue.

Pas une distraction

Karlsson est convaincu que les adieux de son grand ami ne seront pas une distraction pour lui et ses coéquipiers alors qu'ils tenteront de venger leur revers de 3-2 en prolongation contre les Islanders mardi soir à Long Island.

Son entraîneur-chef Paul MacLean était sur la même longueur d'onde à ce sujet.

«Ça devrait être une excellente soirée pour l'organisation d'avoir Alfie ici à nouveau. Il est encore proche de plusieurs de ses coéquipiers, ils vont avoir du plaisir à le retrouver. C'est certain qu'on ne peut pas perdre de vue que nous avons un match à jouer. Nous n'avons pas eu beaucoup de succès sur la route, donc il faut gagner à la maison», estimait MacLean, dont le club a présenté une fiche de 1-3-1 lors de son périple de 10 jours à l'étranger.

«Avec son sens de l'humour, il devrait pouvoir nous donner un dernier petit boost avant le match», espère aussi MacLean.

Un retour?

La question qu'il se fera certes poser lors d'une conférence de presse fort attendue ce matin à 9h30 concernera maintenant son avenir et la possibilité qu'il revienne dans l'organisation des Sénateurs de façon encore plus permanente, dans un possible poste de direction.

«Sa carrière comme joueur va prendre fin, et ce sera à lui de décider ce qu'il veut faire par la suite, ainsi qu'à Eugene (Melnyk) et Bryan (Murray) s'il y a quelque chose qu'il veut ou peut faire. Mais le fait qu'il revienne ici, c'est un bon point de départ», soulignait MacLean.

Karlsson s'attend à le voir revenir s'établir à Ottawa avec son épouse et leurs quatre fils, en tout cas. «Il a vécu toute sa vie adulte ici, sa famille et lui aiment vivre ici, ils ont plein d'amis. Il est chez lui à Ottawa», a ajouté Erik Karlsson.

mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer