Quand «la Bottine» est dans le champ

Maurice Richard ....

Agrandir

Maurice Richard .

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pendant que je consacrais mes énergies à la couverture de l'intronisation de feu Pat Burns au Temple de la renommée du hockey, le collègue Denis «la Bottine» Gratton a accordé son appui à une campagne pour nommer l'autoroute 50 en l'honneur de Maurice Richard.

Vous le savez si vous me lisez depuis un bout de temps, il n'y a rien que j'aime plus que de partir en guerre avec notre chroniqueur vedette de la page8. Surtout quand il a tort sur des questions sportives, ce qui est assez fréquent.

Comme je n'ai pas eu l'occasion de lui donner une deuxième leçon de golf de la saison, lui qui voulait pourtant obtenir sa revanche pour sa cuisante défaite de juillet dernier encaissée au Kingsway, l'occasion est trop belle de le rabrouer sur ce sujet.

Je n'ai rien contre l'idée de rendre un hommage bien senti au «Rocket». Au contraire. En fait, je trouve justement que la 50 n'est pas une route assez prestigieuse pour le légendaire numéro 9 du Tricolore. L'homme qui a eu son gros mot à dire dans la Révolution tranquille au Québec mérite bien mieux que ça.

Oui, je sais, il a été le premier compteur de 50 buts en 50 parties dans la LNH. Son lien à ce chiffre n'est quand même pas une raison pour l'associer à ce qui est en fait un chemin de campagne glorifié.

J'exagère un peu, je le sais. Mais ne venez pas me dire que la 50 est une vraie autoroute.

Selon le Larousse, la définition d'une autoroute est la suivante: «Voie exclusivement réservée à la circulation des véhicules automobiles, ne comportant qu'un nombre limité d'accès, établis de façon à éviter tout cisaillement et ne présentant aucun croisement à niveau.»

Donc, on parle d'une route où les voies dans les deux sens sont complètement séparées par des terre-pleins, ce qui n'est pas le cas de la 50 sur toute sa distance. C'est sans compter qu'à part la section entre l'autoroute 5 et le secteur Buckingham, où on compte quatre voies, on parle d'une route à une voie de chaque côté sur une seule chaussée, à quelques exceptions près (4km entre les kilomètres 190 et 212, plus des voies de dépassement à quelques occasions).

Dans mon livre à moi, comme disait Stan dans Les Boys, une autoroute doit avoir un minimum de deux voies de chaque côté, d'un bout à l'autre. Le plus bel exemple est la nouvelle autoroute entre Québec et mon Saguenay natal, une autoroute du parc des Laurentides (la 175) complètement remodelée afin de la rendre nettement plus sécuritaire. Elle était connue auparavant comme la «route de la mort» en raison des nombreux accidents qui y sont survenus, notamment en raison de collisions avec des orignaux, maintenant contenus par des clôtures.

Les gens de l'Outaouais ont attendu tellement longtemps pour que la 50 dans sa version actuelle soit «terminée» que les poules risquent d'avoir des dents - comme à Casselman (clin d'oeil au maire Conrad Lamadeleine) - avant qu'elle ait quatre voies sur toute sa longueur.

Un lecteur a ensuite écrit à la Bottine pour proposer de nommer cette route en mémoire de Pat Burns, vu qu'il est parti de Gatineau pour aller à Montréal au début de sa carrière d'entraîneur. C'est une meilleure idée, sauf que je l'aimerais encore mieux si la 50 ne prenait pas fin à Mirabel plutôt qu'à Montréal, près d'un aéroport désaffecté sauf pour le transport de marchandises, où il faut ensuite prendre l'autoroute des Laurentides (la 15) pour se rendre dans la Métropole.

Quant à une autre suggestion de l'ami «Nini», de rebaptiser la rue de Carillon où se trouve l'aréna Robert-Guertin en l'honneur de Burns une fois que le nouveau complexe multidisciplinaire y sera construit (un de ces jours, mais c'est une autre histoire), elle serait bonne si ce dernier ne se trouvera pas plutôt à avoir pignon sur rue sur le boulevard des Allumettières, une fois bâti dans le stationnement actuel du «vieux Bob».

Voilà, c'est ma contribution à ce débat qui ne fait que commencer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer