Greening sera plus dur à échanger que Bourque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils ont gagné contre un des clubs de l'heure dans l'Ouest et il est difficile de critiquer un club qui récolte deux points au classement.

Mais alors que la blessure à Curtis Lazar a forcé Paul MacLean à modifier son alignement pour l'affrontement contre les Predators, il faut lui remettre sur le nez qu'il n'a pas trop fait de faveur à un de ses meilleurs attaquants, Bobby Ryan, en lui donnant David Legwand et Colin Greening comme partenaires, hier soir.

Ryan a marqué, en avantage numérique en deuxième période, mais il a été plutôt invisible le reste de la soirée, obtenant deux autres tirs au but assez inoffensifs.

Greening, l'homme de 2,65 millions$ pour trois ans, disputait seulement son cinquième match de la saison. S'il y avait un des six ou sept dépisteurs professionnels d'autres clubs présents hier pour l'évaluer en vue d'une possible transaction, il n'a pas fait grand-chose pour les impressionner, à part peut-être obtenir une descente à deux contre un en troisième qu'il a bousillée.

Alors que le dg du Canadien Marc Bergevin a réussi hier à se départir d'un joueur inutile au gros contrat en Rene Bourque, obtenant en retour le défenseur Bryan Allen d'Anaheim, on voit mal comment Bryan Murray pourra faire de même avec son gros attaquant de Terre-Neuve, à moins d'obtenir un contrat encore pire que celui qu'il a consenti à Greening.

Legwand, l'ancien Predator, ne fait guère mieux. Hier, il n'a même pas décoché un seul tir au but en plus de perdre la majorité de ses mises au jeu (5 sur 13). Dire qu'au lieu de lui faire signer un contrat de deux ans pour 6 millions$, les Sénateurs auraient pu faire confiance à un de leurs plus beaux espoirs, Jean-Gabriel Pageau. Le dg adjoint Pierre Dorion a justement mentionné cette semaine qu'il est le meilleur joueur du club-école de Binghamton.

Quand on se compare, on se console, car alors que Legwand a été limité a deux buts et quatre passes cette saison, son remplaçant avec les Predators. Olli Jokinen, a obtenu son premier but et premier point de la saison quand il a marqué en troisième pour réduire l'écart à un but, saisissant le retour du tir sur le poteau de Derek Roy. Jokinen fait 2,5 millions$, lui. Ça fait cher du point.

Pour en revenir aux Sénateurs, Ryan, lui, ne se plaint pas trop d'être écarté du premier trio avec Kyle Turris et Clarke MacArthur, où on retrouve plutôt Alex Chiasson sur le flanc droit.

«Ce n'était pas beau au début. Quelqu'un a dit au premier entracte que c'était notre pire période de l'année et c'était seulement 1-0. On s'est replacé par la suite et marqué en avantage numérique a permis à tout le monde de respirer un peu mieux», analysait-il après coup.

«Notre trio? Considérant que Greener a été lancé dans la mêlée à la dernière minute et qu'on n'a pas souvent pratiqué ensemble, ce n'était pas si mal. On a manqué quelques jeux, ça arrive. Sur le deux contre un, j'étais avec Colin et il a raté sa fenêtre pour me faire une passe, puis il s'est mélangé lui-même un peu. Il a quand même obtenu un lancer là-dessus», a ajouté Ryan.

Confrontés encore une fois à un gardien substitut en la personne de Carter Hutton, les Sénateurs ont marqué quelques buts que Pekka Rinne n'aurait probablement pas laissé passer, ceux de Ryan et Jared Cowen en particulier.

«Ottawa a de gros gars et ils foncent beaucoup au filet, ils ont bien bataillé. Mais j'ai trouvé qu'on a donné un bon effort en troisième, ils ont eu quelques surnombres, mais c'était seulement parce qu'on tentait de forcer les choses. En général, nous avions le meilleur club ce soir mais on s'est retrouvé du mauvais côté de la feuille de pointage», racontait Hutton. Le gardien est toujours en quête d'un premier gain cette saison (0-2-1), en jouant pour un club qui était à un point de la tête dans l'Ouest avant le match d'hier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer