Anderson a fait la différence

Craig Anderson a accompli tout un boulot devant... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Craig Anderson a accompli tout un boulot devant le filet des Sénateurs, hier soir.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À une époque où les statistiques avancées sont la rage, les Sénateurs s'imposent comme un club «anti-Corsi» cette saison.

Vous avez certes entendu parler de cette statistique nommée en l'honneur de l'ancien gardien Jim Corsi, où le différentiel de tirs au but d'une équipe - ou d'un joueur quand il est sur la glace - est supposé illustrer à quel point elle contrôle le jeu, ou pas.

Il y a quelques autres de ces statistiques fancys, comme le Fenwick, et il y a des variations de celles-ci, à cinq contre cinq ou en avantage numérique, et lorsque le pointage est serré dans un match.

Avec leur différentiel de moins-5,8 avant le match, alors qu'ils obtenaient 30,1 tirs en moyenne par partie contre 35,9 alloués, la logique «Corsi» dicte qu'ils ne devraient pas avoir une bonne fiche de 6-3-2 après le gain de 3-1 d'hier contre les Red Wings.

Le chiffre des lancers ne dit pas toujours tout, cependant.

Prenez la première période d'hier, qui s'est terminée avec un pointage de 0-0 même si les locaux ont dominé 16-2 au niveau des tirs. Oui, Jimmy Howard a été solide devant le filet de Détroit, mais Ottawa n'a vraiment eu qu'une excellente chance de compter, quand Bobby Ryan a atteint le bout de sa jambière puis le poteau à la fin d'une descente à trois contre deux.

Le reste du match a été à l'affaire des Wings (6-3-3) au niveau des lancers, 30-14, mais ça n'a pas empêché Ottawa de sortir avec deux gros points contre un rival de la division Nord-Est, qui se retrouve ce matin seulement un point devant les Sénateurs.

Les gardiens sont évidemment ceux qui peuvent faire la différence quand un club se fait dominer au niveau de la possession du disque ainsi que des lancers, comme c'est typiquement le cas d'Ottawa, qui n'a eu le meilleur à ce niveau qu'une fois cette saison, lors d'un match perdu en tirs de barrage à part ça.

Craig Anderson s'est gelé les pieds au premier vingt, mais il a fait tout un boulot le reste du match, malgré quelques sorties hasardeuses autour de son filet.

Bizarrement, il ne s'est vu décerner que la deuxième étoile de la rencontre, derrière Erik Karlsson, qui a pourtant commis trois revirements pour contrebalancer le premier but.

«Quand vous avez une telle traversée du désert sans lancer, il est facile de laisser son esprit vaguer. J'ai tenté de rester concentré et d'être prêt à tout. Pour ça, je suis allé patiner dans les coins une couple de fois», racontait Anderson dans le vestiaire des gagnants.

Le gardien américain a réalisé son meilleur arrêt de la soirée quand il a frustré Tomas Jurco en effectuant une glissade avec les deux jambières sur un deux contre un, sortant la mitaine (voir notre photo en page couverture).

Le genre d'arrêts que les gardiens de ma génération adorent, mais qui sont plutôt rares de nos jours avec le style papillon tant à la mode. Quoiqu'il y en a eu un autre hier soir, Jake Allen, des Blues, faisant la même chose contre les Devils.

«Je travaille là-dessus depuis 1985, je pense que mon premier arrêt quand j'étais petit était un two pad stack. Dans une telle situation, vous ne pensez pas, vous ne faites que réagir. J'ai été chanceux qu'il ne lance pas plus haut, car je lui ai laissé le haut du filet. Ça paraît bien si tu réussis l'arrêt, mais ça paraît mal si tu ne le fais pas», a-t-il ajouté.

Les Wings s'en voulaient évidemment d'avoir connu un si mauvais début de rencontre, après coup.

«On n'a joué que deux périodes, le seul gars qui jouait en première était Howie (Howard)... On n'a jamais été dans leur zone et ils étaient toujours dans la nôtre. Éventuellement, vous venez fatigués et ça vous rattrape, on l'a vu à la fin», analysait l'unique marqueur des Wings, Henrik Zetterberg.

On a vu aussi hier que quatre parties locales dans une même semaine, c'est beaucoup pour un marché comme Ottawa.

Il y avait plusieurs sections vides, malgré une foule annoncée de 16436 amateurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer