Autre référendum «E.K.» vs «P.K.»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est comme ça depuis deux ou trois ans, et ça va l'être pour encore plusieurs saisons à venir : on dirait que chaque duel Sénateurs-Canadien se veut un référendum à savoir qui est meilleur, Erik Karlsson ou P.K. Subban.

Grande première dans cette rivalité vendredi soir, « E.K. » et « P.K. » s'affrontaient avec de nouvelles lettres brodées sur leur chandails, un « C » pour le défenseur des Sénateurs, un « A » pour celui du « CH ».

Ce n'était qu'un match hors-concours, il ne fallait donc pas en faire un plat étant donné qu'il n'y avait pas deux points de classement à l'enjeu. Ce sera la même chose samedi soir lors du match retour entre les deux mêmes clubs au Centre Bell, en présumant que les deux arrières qui polarisent l'attention seront en uniforme.

N'empêche que les partisans des Sénateurs qui étaient au Coffre d'outils vendredi soir n'ont pas manqué de huer Subban à chaque fois qu'il touchait la rondelle, ce qui est de bonne guerre surtout depuis l'affrontement entre les deux rivaux de la division Atlantique (j'allais écrire Nord-Est) en séries éliminatoires au printemps 2013.

Comme d'habitude lorsque le Tricolore est en ville, près de la moitié de la foule prenait cependant pour les visiteurs, et ils ne se sont pas gênés pour scander « P.K., P.K. » quand ce dernier est allé se mêler d'une échauffourée en fin de deuxième période.

C'était tout juste après qu'Alex Galchenyuk, le meilleur joueur sur la glace vendredi, ait contourné facilement Karlsson pour obtenir une bonne chance de compter contre le gardien Robin Lehner. Karlsson a peut-être retrouvé toute sa vitesse une saison et demie après avoir subi une lacération du tendon d'Achilles, mais il se fait encore prendre à contre-pied à l'occasion. Comme en première lorsqu'il a vu une rondelle bondissante donner une échappée à Max Pacioretty, qu'il a cependant réussi à rejoindre pour l'empêcher de prendre un bon tir.

Karlsson, qui a marqué le premier but des siens sur un tir échappé par le gardien Peter Budaj, devait cependant jouer un peu sur les talons vendredi soir alors que c'était encore pénible de voir son partenaire Jared Cowen quand il avait la rondelle sur sa palette. Il a d'ailleurs échappé celle-ci dès la mise en jeu initiale et n'a eu d'autre choix que d'écoper une punition pour avoir accroché. Vivement un retour en santé de Marc Méthot... et une résolution au dossier de son nouveau contrat.

Dans une autre échauffourée en troisième, Subban a mal choisi son client alors qu'il s'en est pris à Mark Borowiecki. Une chance qu'il sait se défendre, car il aurait pu se faire sonner comme il faut. Borowiecki est fort comme un boeuf, il l'a montré à un moment donné en renversant facilement Christian Thomas.

Subban a été égal à lui-même pour le reste, obtenant deux passes alors qu'il a aussi écopé de deux punitions en première.

Son club s'est incliné 4-3 en prolongation sur le but du nouvel homme de 50 millions $, Bobby Ryan, mais personne ne va s'en rappeler à compter de la semaine prochaine.

C'était quand même un match important pour quelques joueurs qui luttent encore pour un poste des deux côtés. 

Chez les Sénateurs, Mike Hoffman n'avait pas fait grand-chose jusqu'en troisième période et ça ne regardait pas bien pour lui. Mais il a marqué un but en profitant des largesses de Budaj, et plus tard il a utilisé sa vitesse en fonçant au filet, forçant Pierre-Alexandre Parenteau à l'accrocher, tout comme Alexeï Emeline en prolongation. J'imagine que ce sera à Jean-Gabriel Pageau de montrer qu'il peut en faire plus que ça samedi soir à Montréal.

Mais même là, alors que le centre de 19 ans Curtis Lazar semble destiné à commencer l'année dans la capitale, à tout le moins, ça ne sera probablement pas suffisant alors qu'en fin de compte, les joueurs qui ont des contrats à sens unique sont avantagés sur ceux qui peuvent être envoyés sans problème à Binghamton (quoique Hoffman doit être soumis au ballottage).

Un dernier mot sur l'assistance de 19 034 spectateurs, la meilleure de cette pré-saison à Ottawa. 

Avec les plus de 24 000 personnes qui ont rempli à nouveau la Place TD pour voir le Rouge et Noir défaire les Blues Bombers de Winnipeg 42-20, et les près de 2000 à l'aréna Guertin pour le match des Olympiques, ça veut dire qu'il y avait environ 45 000 amateurs de sports qui se sont déplacés pour cette soirée du début d'octobre. Pas pire, hein ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer