L'année de Connor McDavid

Connor McDavid a dépassé Sidney Crosby à titre... (Agence France-Presse)

Agrandir

Connor McDavid a dépassé Sidney Crosby à titre de meilleur joueur de hockey sur la planète.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Avec la saison régulière qui se termine, les journalistes sportifs des 30 villes de la LNH seront appelés à faire leurs choix. Les courses pour les principaux trophées individuels me semblent particulièrement serrées, cette année. Dans certains cas, des favoris se détachent un peu, mais il n'y a clairement pas de slam dunks.

Je me suis amusé à faire mes propres choix dans certaines catégories. Les voici.

HART - McDavid

Je n'irais pas jusqu'à dire que Connor McDavid a dépassé Sidney Crosby à titre de meilleur joueur de hockey sur la planète. Il faut quand même reconnaître qu'il a fait une énorme différence à Edmonton. Les Oilers ont été transformés par leur jeune capitaine.

À Pittsburgh, tout se passe autour de Crosby, sauf que ce dernier est vraiment bien entouré. McDavid, lui, est parti des bas fonds de la LNH. Il a mené son équipe à un championnat de division. C'est impressionnant.

J'accorderais une mention honorable à Brad Marchand. Après l'avoir affronté durant toutes ces années, je peux vous confirmer qu'il n'est pas mon joueur favori. Il faut cependant reconnaître qu'il est en grande partie responsable du retour des Bruins de Boston en séries éliminatoires. Enfin, puisqu'on jase, je crois que Sergeï Bobrovsky mérite d'être considéré comme un des joueurs les plus utiles à son équipe.

VÉZINA - Bobrovsky

Si on parle de Sergeï Bobrovsky parmi les finalistes au trophée Hart, il ne fait aucun doute dans mon esprit qu'il mérite de remporter le Vézina.

Il se retrouve parmi les meneurs dans plusieurs catégories des statistiques. Il possède une des meilleures moyennes de buts alloués de toute la ligue. L'an dernier, il a connu une saison plutôt difficile. Les Blue Jackets en ont arraché, eux aussi. Cette saison, « Bob » est revenu en force. Sans surprise, les Jackets font partie des meilleures équipes de la LNH.

Devan Dubnyk aurait été le principal rival de Bobrovsky, mais il a perdu des points en fin de saison quand le Wild s'est écrasé un peu. Carey Price doit toujours être considéré parmi les meilleurs gardiens au monde. Même s'il n'a pas connu sa plus forte saison, il a quand même solidifié son jeu en deuxième moitié pour permettre au Canadien de Montréal de remporter le championnat de sa division.

NORRIS - Burns

Je ne me ferai pas beaucoup d'amis à Ottawa en choisissant Brent Burns.

Erik Karlsson mériterait aussi de remporter ce trophée. Mon coeur penche toutefois vers Burns parce qu'il a marqué tout près de 30 buts.

Burns n'a pas le lancer le plus dur, mais il trouve toujours les ouvertures. Il décoche des lancers de partout et la rondelle finit généralement par se rendre jusqu'au filet. Avec la façon dont les équipes bloquent des tirs, de nos jours, il n'est pas facile pour les défenseurs de marquer. Avec lui, ce n'est visiblement pas un problème.

Je dois quand même reconnaître qu'à Ottawa, tout passe par Erik Karlsson. C'est lui, la vedette. Les Sénateurs vont participer aux séries parce qu'il a connu une grosse saison. Il mérite plus qu'une simple « mention honorable ». Il n'y a pas une grosse différence entre Burns et lui.

C'est vraiment une course à deux. Je ne vois personne d'autre, à travers la ligue, qui mérite d'être inclus dans cette conversation.

CALDER - Matthews

Les gens m'excuseront d'être un peu biaisé. Je suis un gros fan d'Auston Matthews. Patrik Laine a lui aussi connu une grosse saison. Sa moyenne de points par match est même plus élevée. Matthews pourrait cependant atteindre le plateau des 40 buts. Ça pourrait lui conférer un avantage.

Je dois toutefois reconnaître que j'ai la chance de le connaître personnellement. C'est une vraie bonne personne à l'extérieur de la patinoire. Il ne se prend pas pour un autre. Il respecte tous les gens qui gravitent dans le monde du hockey. Il respecte l'histoire de la LNH. Il a fait face au gros marché médiatique de Toronto, ce qui ne doit pas être facile pour un jeune homme de 18 ou 19 ans.

Matthews pourrait également mener les Maple Leafs en séries. Laine n'en fera pas autant avec les Jets.

Propos recueillis par Sylvain St-Laurent




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer