Le CH, les Sens doivent bouger

L'attaquant des Coyotes de Phoenix, Martin Hanzal, est... (Archives, Associated Press)

Agrandir

L'attaquant des Coyotes de Phoenix, Martin Hanzal, est l'un des gros noms de la LNH qui risquent de faire l'objet d'une transaction. Selon notre chroniqueur, le joueur qui cumule 15 buts et 10 passes cette saison serait une bonne acquisition pour le Canadien, entre autres.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / La date limite des transactions, c'est mercredi prochain. Cette année, si j'étais le directeur général des Sénateurs ou du Canadien, j'oserais.

J'essaierais de faire quelque chose pour aider mon équipe.

Le timing me semble bon. Cette année, dans la section Atlantique, il ne semble pas y avoir d'équipe qui se détache véritablement du lot.

Si je dirigeais une formation de la section Métropolitaine, ce serait différent. Si je devais passer à travers des Blue Jackets, des Capitals, des Rangers ou des Penguins dans les premières rondes des séries, ce serait différent.

Dans l'Atlantique, ça me semble ouvert. Le Canadien était complètement seul. Tout d'un coup, on dirait que ça va moins bien.

On s'attendait à ce que le Lightning forme la grosse équipe. Je ne sais pas vraiment comment l'expliquer, mais ça ne fonctionne tout simplement pas.

Dans cette situation, il existe une belle possibilité pour n'importe quelle équipe de frayer un chemin jusqu'en finale de conférence. Et, comme on sait, une fois rendus en finale de conférence, tu ne sais jamais ce qui peut arriver.

C'est pourquoi les gens à Montréal, Ottawa et même Toronto devraient y penser sérieusement. Je ne parle pas de grosses transactions qui ont le potentiel d'hypothéquer le futur de trois organisations qui s'en vont dans la bonne direction. Pas question de sacrifier un joueur qui pourrait aider l'équipe pendant les sept ou huit prochaines années.

De toute façon, il est de plus en plus difficile d'aller chercher de gros joueurs qui auront un impact immédiatement. Débarquer dans un nouvel environnement, avec de nouveaux coéquipiers, apprendre un nouveau système de jeu et dominer dès le départ... C'est beaucoup demander.

Je crois que les bonnes transactions, de nos jours, sont celles qui permettent aux équipes d'ajouter de la profondeur dans le deuxième trio ou dans le troisième.

Le plus bel exemple que je pourrais vous donner serait sans doute celui de Ville Leino. À Philadelphie, en 2010, personne ne le connaissait quand la direction des Flyers est allée le chercher. La chimie s'est immédiatement installée entre lui, moi et Scott Hartnell. Nous avons atteint la finale de la coupe Stanley quelques mois plus tard. C'était un échange mineur... qui s'est transformé en échange majeur.

Je pourrais aussi vous parler de Mike Weaver, quelques années plus tard, avec le Canadien. En voilà un autre que personne ne connaissait vraiment. Quand il s'est joint au Canadien, en 2014, il nous a vraiment aidés à nous rendre jusqu'en troisième ronde. Il était meilleur qu'on pensait.

Le hockey, ce n'est pas un sport individuel. C'est un sport collectif qui demande beaucoup d'esprit d'équipe. La chimie, c'est compliqué. Tu ne sais jamais comment un joueur étoile va s'intégrer dans une formation.

Je sais cependant que la profondeur, c'est important. En séries, plus tu va loin, plus c'est utile.

Dans la LNH, je crois bien que Kevin Shattenkirk sera le plus gros nom à bouger la semaine prochaine. Les Blues doivent le sortir de Saint-Louis, ça me semble évident. Les Blues ont déjà perdu David Backes, l'an dernier. Ils ne peuvent pas se permettre de laisser filer un autre joueur d'impact sans rien obtenir en retour.

Martin Hanzal sera l'autre gros nom à partir. D'ailleurs, je crois qu'il serait toute une acquisition pour le CH. Il ne serait pas un joueur de premier trio. Il ne serait pas celui qu'on pourrait insérer entre Max Pacioretty et Alexander Radulov. Il serait simplement un joueur de centre de gros gabarit qui pourrait affronter n'importe qui.

Mon ancienne équipe, l'Avalanche, devrait aussi être active.

On entend souvent les mêmes noms circuler. Matt Duchene est spectaculaire. C'est le type de joueur qui fait vendre des billets. Gabriel Landeskog est un capitaine. Il emmène du leadership, de la robustesse.

Je ne sais pas pourquoi ça ne fonctionne pas au Colorado, mais j'ai l'impression que leur équipe s'en va à reculons depuis trois ans. Les dirigeants doivent montrer aux partisans qu'ils sont prêts à prendre les choses en main.

Propos recueillis par Sylvain St-Laurent




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer