Un changement pas trop surprenant

Dave Cameron a pris plusieurs décisions controversées derrière... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Dave Cameron a pris plusieurs décisions controversées derrière le banc des Sénateurs, dont une qualifiée de «stupide» par le propriétaire Eugene Melnyk. Son renvoi le 12 avril dernier n'est pas une surprise.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Le premier congédiement d'entraîneur de la saison morte est survenu à Ottawa cette semaine, et ça n'a pas été trop surprenant.

C'était écrit dans le ciel dès que le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk, a fait son commentaire sur la «stupidité» d'une décision de l'entraîneur Dave Cameron.

Le nouveau directeur général Pierre Dorion, qui prend la relève de Bryan Murray, n'a donc pas vraiment eu le choix de congédier Cameron et le reste de son personnel d'entraîneurs.

Ce n'est pas plaisant pour Cameron, mais il savait dans quoi il s'embarquait. Il réalise certainement que le propriétaire a le droit de faire ce qu'il veut; c'est son équipe après tout, c'est lui qui signe les chèques de paye.

Il reste que c'est rare que tu voies ça, un proprio qui critique ainsi publiquement un entraîneur. Est-ce que ça va effrayer certains candidats à la succession - ou des agents libres le 1er juillet? Je ne pense pas. Ce n'est pas comme si Melnyk faisait ça tout le temps.

En parlant des candidats pour prendre la relève... J'ai vu que les Bruins ont annoncé que Claude Julien restait en poste à Boston, ce qui est une bonne nouvelle pour lui. Il a quand même fait du bon travail avec l'alignement qu'il avait sous la main cette saison. Claude est un excellent entraîneur et il ne serait pas resté au chômage longtemps si les Bruins l'avaient remercié. Plusieurs équipes, dont les Sénateurs, auraient voulu l'avoir comme entraîneur, c'est certain. Il aurait été un candidat de choix.

Je suis curieux de voir vers qui Dorion se tournera maintenant.

Toujours au sujet des entraîneurs, il y a le Canadien qui a annoncé qu'il ne procéderait à aucun changement derrière son banc. Michel Therrien sera donc de retour après une saison très difficile. C'est certain que lorsque tu perds ton meilleur joueur en Carey Price, un gardien dominant, il faut s'attendre à connaître certaines difficultés. Cette saison d'enfer n'est donc pas juste l'affaire de Michel Therrien et de son personnel d'entraîneurs; les joueurs sont responsables eux aussi.

J'imagine cependant que Therrien va avoir une corde très courte lorsque la prochaine saison va commencer.

***

Les séries se sont mises en branle et ici, à Philadelphie, les Flyers veulent faire un bout de chemin pour rendre hommage au propriétaire Ed Snider, décédé cette semaine à l'âge de 83 ans.

J'ai assisté à ses funérailles.

J'ai eu une relation privilégiée avec lui pendant mon séjour à Philadelphie, et après.

C'est une personne qui a laissé sa trace dans la communauté; il s'occupait de beaucoup de monde sans nécessairement faire beaucoup de bruit. On n'entend que de bonnes choses à son sujet et il était certes un des meilleurs propriétaires d'équipes, tous sports confondus.

J'ai toujours bien apprécié mes conversations avec lui. Il avait gardé contact avec moi, même après que j'aie quitté l'organisation des Flyers. Je me souviens quand, alors que j'étais avec le Canadien et que nous avions battu les Bruins dans un septième match en séries grâce à un de mes buts, il m'avait téléphoné le lendemain matin à 7h pour me féliciter. Je ne connais pas beaucoup de propriétaires d'équipes qui auraient fait ça pour un joueur qui n'était plus avec son club.

Ses funérailles sont une occasion de célébrer tout ce qu'il a fait à Philadelphie. 

Les Flyers, qui portent un écusson en son souvenir sur leurs chandails, ont bien mal commencé leur série contre les Capitals en s'inclinant 2-0 mercredi. Lors de ce match, j'ai trouvé qu'ils avaient l'air d'un club un peu jeune, ils étaient mêlés pour ce premier match, alors qu'il aurait fallu profiter de la nervosité des Capitals en début de rencontre pour imposer le rythme. Ils ne l'ont pas fait et Washington s'est amélioré au fil du match. 

C'est cependant loin d'être fini. 

Propos recueillis par Marc Brassard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer