Pas surpris de l'éclosion de Pageau

Il ne suffisait que d'une chance de jouer... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Il ne suffisait que d'une chance de jouer avec des joueurs de talent pour que le potentiel en attaque de Jean-Gabriel Pageau se développe davantage.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Je dois vous dire que c'est pas mal impressionnant de voir comment Jean-Gabriel Pageau se débrouille depuis qu'il pivote le premier trio des Sénateurs en l'absence de Kyle Turris.

Les gens de l'Outaouais qui l'ont vu grandir au hockey mineur, avec l'Intrépide midget AAA et les Olympiques savaient très bien qu'il avait d'excellentes aptitudes offensives.

Quand il est arrivé dans la Ligue nationale de hockey, il a accepté un rôle plus défensif pour faire sa place avec son équipe. Il a joué en désavantage numérique, il a bloqué des tirs, gagné des mises au jeu et affronté souvent les meilleurs attaquants adverses.

Mais son potentiel en attaque demeurait toujours là et il n'avait besoin que d'une chance de jouer avec des joueurs de talent pour pouvoir l'étaler à nouveau.

J'imagine que ça l'aide d'avoir joué avec Mark Stone dans la Ligue américaine de hockey il y a quelques années. Ça paraît qu'il y a une bonne chimie entre eux et Zack Smith les complète bien.

C'est une belle opportunité qui s'offre à Jean-Gabriel en cette fin de saison et jusqu'à maintenant, il répond très bien à l'appel de ses patrons, ce qui ne me surprend pas du tout.

•••

Au cours des derniers jours, autant Carey Price à Montréal que Clarke MacArthur à Ottawa ont parlé de leur désir de jouer quelques matches d'ici la fin de la saison après de longues absences, le premier en raison d'une blessure au genou et le second en raison d'une commotion cérébrale sévère. Et ce même si les chances de participer aux séries de leurs équipes sont très minces.

Ça vous montre à quel point les athlètes sont compétitifs, ça fait partie de leur ADN de vouloir jouer dès qu'ils sont en santé. Est-ce que c'est la meilleure décision à long terme, peut-être pas, mais si les médecins leur donnent le feu vert, ils vont vouloir renouer avec l'action, malgré les risques de rechute.

C'est certain que leurs organisations vont s'assurer qu'ils sont à 100 % avant de les lancer dans la mêlée.

Dans le cas de Price, il est tellement un joueur important pour son équipe - on l'a bien vu cette saison, il est probablement le joueur le plus important de toute la LNH - que le Canadien doit évidemment être très prudent.

Est-ce qu'il devrait jouer à la Coupe du monde en septembre prochain? Ça, c'est une bonne question. L'organisation a plus d'informations que nous au sujet de son état de santé, elle sait exactement quel est le problème et quelles sont les chances qu'il se blesse à nouveau. S'il est rétabli à 100 % et qu'il n'y a pas de danger de rechute, je ne vois pas pourquoi on l'empêcherait de participer à ce tournoi, cependant.

•••

Parlant de la Coupe du monde, la publication des listes initiales des huit équipes qui prendront part à la compétition à Toronto la semaine dernière a évidemment fait beaucoup jaser. 

Personnellement, je suis très surpris de ne pas voir Claude Giroux et Corey Perry sur la liste des 16 premiers joueurs d'Équipe Canada. Je le suis moins par l'absence de P.K. Subban, que je ne voyais pas dans le top 4, mais je suis pas mal certain qu'il va être ajouté à la formation l'été prochain, tout comme Giroux et Perry d'ailleurs.

Je vous laisse là-dessus, on se reparle bientôt.

Propos recueillis par Marc Brassard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer