Scott a le droit d'aller à Nashville

La LNH a donné son feu vert à... (Archives AP)

Agrandir

La LNH a donné son feu vert à John Scott pour participer au match des étoiles les 30 et 31 janvier à Nashville à titre de capitaine de la division Pacifique.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / La LNH a donc décidé de permettre à John Scott de participer au match des étoiles de Nashville comme capitaine de l'équipe de la division Pacifique même s'il a été échangé à l'organisation du Canadien et qu'il se retrouve dans la Ligue américaine, avec Saint-Jean, Terre-Neuve.

C'est clair que cette situation est un peu différente, tout le monde est un peu mal à l'aise avec ça, sauf peut-être les gens qui ont voté pour lui au scrutin mené en ligne par la ligue.

Un dur à cuire avec cinq buts à sa fiche en carrière, Scott n'a évidemment pas la stature nécessaire pour mériter une invitation à un match d'étoiles, mais les amateurs ont voté pour lui et ça fait qu'il a le droit d'être là. Si la ligue a un problème avec ça, c'est à elle d'ajuster sa façon de tenir un scrutin pour choisir les joueurs invités. 

Ce n'est quand même pas la première fois que des choses du genre se produisent, on n'a qu'à penser à la campagne pour envoyer Rory Fitzpatrick en 2007, lui qui avait terminé troisième au scrutin pour choisir les deux partants à la défense dans l'Ouest, et aux Lettons qui ont voté en masse pour  permettre à Zemgus Girgensons d'être du match de l'an dernier à Columbus.

Ce qui est dommage avec des histoires du genre, c'est que des joueurs qui méritaient une invitation ne pourront pas y aller, je pense à un Shane Doan avec les Coyotes ou encore à un Blake Wheeler qui connaît une bonne saison à Winnipeg.

C'est la vie cependant, le malheur des uns fait le bonheur des autres.

La liste des meilleurs espoirs

J'ai vu que la Centrale de dépistage de la LNH a fait connaître mardi sa liste de mi-saison des meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage.

Aux jeunes joueurs qui sont moins bien classés qu'ils l'espéraient - ou qui ne sont pas classés du tout -, je dirais de ne pas trop porter attention à cette liste, à part pour vous en servir de motivation supplémentaire pour montrer aux dépisteurs qu'ils ont tort à votre sujet.

C'est ce que j'avais fait à mon année de repêchage, en 1996. Si je souviens bien, j'avais été classé comme un espoir de troisième ou quatrième ronde à l'origine, avant de finalement me retrouver en milieu de deuxième ronde sur la dernière liste. Alors qu'on entend parfois des histoires d'horreur de joueurs qui ont chuté beaucoup au repêchage par rapport à leur classement, ç'avait finalement été le contraire pour moi puisque j'étais sorti à la fin de la première ronde (24e), étant choisi par les Coyotes.

Les déboires du Canadien

Impossible de parler de hockey sans discuter de la descente aux enfers du Canadien.

Plusieurs partisans demandent la tête de l'entraîneur Michel Therrien, mais je n'ai pas l'impression que c'est quelque chose qui s'en vient. C'est évident que cette équipe n'est pas la même sans Carey Price. 

Je l'ai vécu il y a deux ans quand j'étais là, et quand tu as le meilleur gardien au monde derrière toi, tu ne joues pas de la même façon. Quand il est devant le filet, tu n'as pas peur de faire des erreurs ou de commettre des revirements parce que tu sais qu'il est un mur devant le filet et que ça ne risque pas de coûter un but.

S'il revient comme prévu après la pause du match des étoiles, le temps va encore presser. Il presse déjà, car ça se corse au classement. Mais il sera alors possible d'évaluer comme il faut le travail des joueurs et du personnel d'entraîneurs.

En terminant, je vous rappelle que je serai dans le coin en fin de semaine. Je devrais arriver samedi, après des parties de mes fils au Connecticut et au Massachusetts, afin de participer au match du 104,7 FM contre une équipe de gens d'affaires. Patrice Bélanger, Jean-Michel Anctil et Jason Roy Léveillé (le Guy Lambert de Lance et compte) seront notamment de la partie. On me dit qu'il ne reste qu'une centaine de billets pour la partie présentée au Complexe Branchaud-Brière.

Les billets sont en vente au coût de 5$ l'unité chez Marc Sports, Polo-Vélo et dans les Trappes à fromage, le tout au profit de la Fondation Pat-Burns.

Propos recueillis par Marc Brassard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer