Plus confiant avec Québec que Vegas

Les Remparts de Québec qui jouent au Centre... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Les Remparts de Québec qui jouent au Centre Vidéotron attirent déjà plus d'amateurs que certaines équipes dans la LNH.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE/ Il a été question de la possible expansion des cadres de la LNH lundi lors de la réunion des gouverneurs de la LNH à Pebble Beach, en Californie.

Je suis bien curieux de voir quelle décision ils vont prendre dans ce dossier, mais de mon côté, c'est certain que j'ai hâte de revoir les Nordiques de Québec effectuer leur retour.

Ce serait le fun de voir la rivalité entre Montréal et Québec revivre alors qu'il n'y a pas de doute que l'on retrouve les meilleurs «fans» de hockey dans la province de Québec. Avec la construction du Centre Vidéotron, où les Remparts attirent actuellement plus d'amateurs que certains clubs du circuit Bettman, je suis convaincu que ça fonctionnerait.

En tout cas, je crois plus aux chances que ça marche à Québec qu'à Las Vegas, où j'ai mes doutes. Je ne suis pas convaincu à 100%, mais j'imagine que pour la ligue, ça pourrait être une bonne affaire d'être le premier circuit professionnel à s'approprier ce marché, dans une ville qui est toujours en pleine expansion.

Côté hockey récemment, je dois vous dire que je suis très impressionné par ce que Patrick Kane accomplit cette saison avec les Blackhawks.

Dimanche soir, il a amassé au moins un point pour un 22e match consécutif, battant la marque d'équipe de Bobby Hull qu'il avait égalée lors de son passage à Ottawa jeudi dernier.

Réussir à produire de cette façon avec les systèmes de jeu en vigueur de nos jours, et contre les excellents gardiens qui défendent les filets, se veut tout un exploit. C'est plus du quart de la saison!

C'est encore plus impressionnant quand on sait ce qu'il a dû traverser au cours des derniers mois, avec les accusations de viol qui pesaient contre lui mais qui n'ont finalement pas été déposées. Il a fait montre de toute une force de caractère, bien que j'imagine que le hockey s'est avéré une échappatoire pour lui pendant cette période difficile. Il devait se sentir à l'abri une fois rendu à l'aréna, dans le vestiaire et sur la glace.

Je ne me souviens pas qu'elle a été ma plus longue séquence avec au moins un point au cours de ma carrière, je pense que c'est 11 ou 12 parties (N.D.L.R.: Vérification faite, elle est de 10 matches, au début de la saison 2006-2007 avec Buffalo). Je ne suis jamais passé proche d'une séquence de 20 matches, en tout cas.

La ligue a mis Brandon Prust, des Canucks, à l'amende 5000 $ pour avoir dardé Brad Marchand, des Bruins, dans les parties génitales en fin de semaine et j'ai bien ri en prenant connaissance des propos des deux joueurs par la suite.

Lundi, Marchand a remis en question «l'intégrité et la classe» de Prust, au lendemain de la citation de ce dernier où il a dit que cette amende était «le meilleur argent que j'ai jamais dépensé».

Marchand n'est pas le joueur le plus aimé à travers la ligue, il est le genre de gars que tu aimes s'il joue avec toi, mais que tu aimes haïr s'il joue contre toi. Il aime déranger l'adversaire et il n'hésite pas parfois à franchir la «ligne», donc il ne devrait pas être surpris que des joueurs fassent de même contre lui à l'occasion.

J'ai eu quelques amendes et suspensions au fil de ma carrière et je dois dire avec le recul que je ne regrette pas vraiment les gestes qui me les ont values. La plupart du temps, c'était pour me protéger et pour me faire respecter alors que certains abusaient de moi physiquement. Avec ma taille, c'est certain que je ne pouvais pas lâcher les gants contre la majorité des joueurs dans la LNH. Pour me faire un peu d'espace, il fallait parfois que je me serve de mon bâton illégalement pour faire savoir que je ne me laisserais pas piler sur les pieds.

C'est arrivé notamment avec Alexander Ovechkine, des Capitals, en décembre 2006. Lors du match précédent contre les Sabres, il m'avait frappé par derrière de façon assez vicieuse, et lors de notre rencontre suivante, je l'avais dardé dans le bas du ventre. J'avais répliqué de cette façon pour qu'il y pense à deux fois avant de me plaquer dangereusement à nouveau.

Le but était de me faire respecter et de semer un doute dans l'esprit de l'adversaire. En ce sens, mes amendes et mes suspensions en ont valu la peine.

Propos recueillis par Marc Brassard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer