À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Service postal

Avec tout le respect que j'ai pour le précieux service de Postes Canada, il y a matière à réorganisation. 

Quatre jours sur cinq, le facteur livre des publicités d'automobiles, de restaurants, etc. La livraison du courrier une journée par semaine suffirait et l'on devrait intégrer ces publicités au Publisac. Les facteurs pourraient ainsi être affectés à d'autres tâches...

André Racine, Gatineau

Des jambes chancelantes

Je tiens à féliciter Dyane Adam pour son rapport bien réfléchi. Et le gouvernement Wynne pour son intention de créer l'Université de l'Ontario français. 

En tant qu'un des deux principaux artisans de la création du collège La Cité, je rappelle que l'investissement initial conjoint provincial/fédéral s'élevait à 256 millions en dollars de 1989 (incluant la compensation versée à six collèges bilingues de l'époque pour perte d'effectifs et programmes en français). Ainsi, la somme de 20 millions $ envisagée par Queen's Park est risible et condamne l'UOF à un destin semblable à celui du défunt Collège des Grands Lacs.

L'octroi de l'exclusivité des programmes en français sur le territoire respectif des collèges francophones s'est avéré incontournable à leur succès. Que ce ne soit pas repris dans le rapport Adam est inquiétant. La présence du Collège Glendon et autres met l'UOF en péril. Une dernière préoccupation - peu de discussion ressort sur le contenu culturel de l'UOF visant le renforcement identitaire des étudiants et, par effet de conséquence, la vitalité de la collectivité franco-ontarienne. Sans cela, l'UOF risque de devenir une copie carbone de l'université anglophone. 

Pierre LeBlanc, Ottawa

Accueillir à bras ouverts

L'Ontario français se doit d'accueillir à bras ouverts les demandeurs d'asile haïtiens qui fuient le régime Trump. À l'hôpital, vous verrez l'apport des nouveaux Canadiens dans la livraison des services de première ligne... dont nous aurons tous besoin un jour. 

Gilles Marleau, Orléans

***

La question du jour

Que retenez-vous de cette 30e édition du Festival des montgolfières de Gatineau?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer