À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Il faut s'entraider

Mon fils s'est jeté en bas du pont il y a cinq ans. Son corps a été retrouvé six semaines plus tard, le jour de la Fête des mères. Après son décès, nous avons appris son diagnostic : délire schizophrénique. Très dur à prendre pour une famille. Nous voyons bien les gestes, les paroles bouleversantes de notre fils, mais nous ne savions que faire. La schizophrénie est une maladie que l'on ne voit pas venir.

Faites soigner Donald Trump avant qu'il ne soit trop tard. Nous sommes sur cette planète pour nous entraider. Soyons salutaires.

Carole Gosselin, Gatineau

Avec les entrepreneurs

Récemment, le quotidien Le Droit a abondamment couvert les déboires de l'administration du maire Maxime Pedneaud-Jobin avec les entrepreneurs en construction et le monde des affaires. Le chroniqueur Patrick Duquette écrivait : « Dans le pire des cas, les entrepreneurs présenteront des soumissions un peu plus chères pour couvrir leurs risques, comme ils l'ont toujours fait. Mais ils ne bouderont pas leur plaisir ! »

Les Gatinois doivent donc s'attendre à payer une prime au risque dans les projets de construction dû à l'incapacité de la Ville de Gatineau à développer des relations harmonieuses et transparentes avec le monde des affaires. Au lieu de transférer ce genre de dossier à l'UPAC, le maire Pedneaud-Jobin devrait travailler à l'interne pour revoir les pratiques de la ville afin d'avoir plus de rigueur et d'intégrité dans ses rapports avec les entrepreneurs.

Claude L'Arrivée, Gatineau

Pourquoi se camoufler ?

Pourquoi se cacher le visage si ces gens sont tous blancs comme neige ? Oui, je parle des migrants illégaux. Certains journalistes essayent de nous faire pleurer avec leurs histoires. Mais que l'on arrête de voir tous ces gens comme de bonnes personnes ! Déjà qu'ils ne respectent pas les procédures. Oui, ils fuient Donald Trump, car il applique des procédures à respecter. Doit-on encore rire de lui ? 

Luc Robert, Gatineau

***

La question du jour

Donald Trump menace encore de déchirer l'Accord sur le libre-échange. Quel poids doit-on donner à cet avertissement ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer