À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Envoûté par Volta

J'ai assisté à la première de Volta, du Cirque du soleil. L'accueil chaleureux du personnel met dans l'ambiance de l'exclusivité. L'aménagement des lieux avec, entre autres, les personnages de services, ses bancs, ses sièges est une invitation au repos, à la détente et à la contemplation. La mise en scène fait une belle tête et un beau panache.

Le modernisme avec ses téléphones cellulaires qui circulent partout dans notre quotidien est bien nous. Les costumes multicolores ajoutent à l'émotivité des acrobaties et des danses toutes aussi expressives les unes que les autres. Les cordes à danser, avec les sauteurs, sont comme une musique à nos yeux.

La contorsionniste, par sa chevelure en torsade tirée vers le haut, nous entraîne au respect et à la plénitude exubérante du spectacle devant nous. Les mouvements de son corps splendidement et simplement décorés complètent l'excellence de sa performance.

Le va-et-vient acrobatique et coloré des vélos crée un climax d'action.

L'atmosphère est variée, féérique, et magnifique. Les applaudissements nourris à de très nombreuses reprises et l'ovation debout à la fin en sont la preuve.

Les photos du photographe Patrick Woodbury rendent justice à cette excellence.

Merci au Cirque du soleil et bienvenue.

Michel Légère, Gatineau

Une histoire simpliste

Je suis allée voir le spectacle de Volta. L'organisation est impressionnante et je suis tout à fait d'accord avec la critique de Maud Cucchi dans Le Droit (5 août). Il y a des numéros époustouflants, et des acrobates incroyables, avec quelques ratés, bien récupérées par la troupe. 

Ce qui m'a frappé en plus, c'est que non seulement l'histoire est-elle simpliste, et par bout difficile à suivre, mais les costumes, qui faisaient sa marque de commerce, ne sont plus au rendez-vous : les mêmes costumes se retrouvent pendant tout le spectacle. Autre petit bémol : le service des placiers et surtout celui à l'achat de nourriture était unilingue anglophone. Le Cirque du Soleil, à Gatineau, avec des gens de service qui ont de la misère à parler français : inconcevable !

Lucie Côté, Gatineau

***

La question du jour

Que pensez-vous de la proposition d'abaisser le taux d'alcoolémie maximum de 0,08 à 0,05?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer