À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Honte, honte, honte !

Honte à tous ces Québécois francophones qui ne ressentent aucune fierté pour cette langue magnifique. Honte à tous ces Québécois francophones qui trahissent leur langue maternelle, dès la présence d'une personne s'exprimant dans la langue de la majorité en croyant faire preuve d'une ouverture à l'autre. Honte à tous ces Québécois francophones qui mâchouillent, triturent, déchiquettent les mots pour, ensuite, nous les servir en un salmigondis infect. Honte à tous ces Québécois pour qui le dictionnaire, électronique ou autre, fait partie de la préhistoire et ne sert qu'à s'asseoir plus haut. Honte au premier ministre libéral provincial qui semble détester autant les Québécois francophones sinon plus qu'un certain commentateur sportif de hockey anglophone.

Honte aux députés libéraux provinciaux de la région qui en « surpoids » ne pèsent cependant pas lourd : qu'ont-ils fait pour que cesse la scandaleuse inégalité quant aux taux d'imposition entre commissions scolaires francophones et anglophones ? Honte à ces mêmes députés que nous n'entendons jamais parler haut et fort pour cette langue si belle et si riche. Un jour, si nous ne réagissons pas immédiatement, nous les francophones de l'Amérique du Nord, n'existerons plus. Riront probablement certains devant cette affirmation évidente : Tsé man... La langue, c'est l'histoire d'amour de toute une vie, comme dans un couple. Il faut conserver l'esprit des fréquentations, l'apprivoiser, lui dire et lui répéter notre admiration, la combler, lui susurrer qu'elle illumine et ensoleille notre existence. Remettons-la au coeur de nos vies.

Philippe Roy, Gatineau

L'A.R.T a 50 ans

Vous avez été fidèle a la mission que vous étiez donnée en fondant l'Association récréative de Templeton (A.R.T). Ce groupe de bénévoles ne mérite que des remerciements de nous tous. Longue vie encore et soyons fière de notre implication dans la société.

Louise Charette, Gatineau

***

La question du jour

Selon vous, la création d'un Ordre professionnel des enseignants ferait plus de bien ou de tort au Québec ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer