À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Assez !

Le gouvernement du Québec a entériné le projet Guertin. Une très petite minorité a signé le registre pour s'opposer à ce projet. Avec la contestation en cour qu'elle vient de déposer dans ce dossier (Guertin : Laferrière n'entend pas en rester là, 18 juillet 2017), non seulement la conseillère Laferrière met en doute la capacité et la compétence des décideurs à Québec, mais elle prolonge la vie d'une saga dont les gens ne veulent plus entendre parler.

Plus qu'une opposition au projet Guertin, je pense que le geste de la conseillère Laferrière est une autre de ses oppositions au maire Pedneaud-Jobin avec qui elle a maille à partir depuis bientôt quatre ans. Bien hâte de ne plus entendre parler d'elle et de ses sorties publiques qui sont presque tout le temps négatives ; le 5 novembre n'arrivera pas assez vite !

Sylvie Giroux, Gatineau

Entêtement et acharnement

Quelle tristesse ! (Guertin : Laferrière n'entend pas en rester là, 18 juillet 2017)) Bien que je peux comprendre sa déception de voir quitter Guertin du Vieux-Hull, son entêtement et son acharnement sont viscéraux... N'est-elle pas supposée déménager à la fin de son mandat?  J'ai une suggestion pour cette conseillère... faites-le maintenant ! Au regard de la transparence : qui la finance ?

Paul Peterson, Gatineau

Ce que la politesse peut faire

Je lisais avec un sourire en coin l'article de Patrick Duquette (Quand la politesse prend le bord, 19 juillet 2017). Effectivement, avec l'incident du cycliste, tout le monde est un peu plus vigilant.

J'ai d'ailleurs vécu une situation hier. En arrivant à un des ronds-points dans le secteur Hull, le feu de circulation est vert pour les voitures. Par contre, la voiture à la gauche de la route décide de laisser le cycliste passer sur sa rouge. Le cycliste a hésité, j'ai voulu m'engager, mais comme il s'engageait tout doucement sur sa rouge, j'ai dû arrêter sur ma verte.

La politesse fait faire des drôles de situations.

Nathalie Leduc, Gatineau

***

La question du jour

La nouvelle mouture du programme d'indemnisation dévoilée par Québec répond-elle aux attentes des sinistrés ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer