• Le Droit > 
  • Opinions 
  • > Dérive du débat sur l'Armée du Salut à Vanier 

Dérive du débat sur l'Armée du Salut à Vanier

« Les gens ont raison de craindre les risques,... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

« Les gens ont raison de craindre les risques, mais ils ne doivent pas sombrer dans l'aveuglement volontaire et le réflexe facile du dénigrement des patients de l'Armée du salut », affirme Pierre Leblanc.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le grand nombre de gens refoulés à l'extérieur de la salle communautaire de Vanier lundi avaient de quoi impressionner, et faire sourciller.

Le nombre en soi, en apparence unanime ou presque contre le projet de l'Armée du Salut, indiquait l'ampleur des préoccupations des citadins présents. Ce qui est troublant, ce sont l'intensité et les débordements à en faire rougir des invectives lancées contre l'Armée du Salut et les sans-abri. Les demi-vérités et de vérités alternatives planaient allégrement.

Depuis l'annonce du projet, le conseiller Mathieu Fleury s'est fait le porte-voix, voire même le chantre en chef, du refus global de cette initiative à Vanier. Sa réunion a eu lieu en absence de l'Armée du Salut qui ne pouvait donc pas présenter les caractéristiques de son projet ni répondre aux inquiétudes des citoyens. M. Fleury, saupoudrant des arguments douteux, n'aurait pas pu mieux faire pour maintenir les gens dans l'ignorance des principaux éléments du projet, laissant ainsi libre cours aux pourvoyeurs du pire.

L'affirmation du conseiller Fleury que l'annonce de l'Armée du salut fut pour lui une surprise totale est invraisemblable. Quand elle indique qu'elle travaille avec la Ville d'Ottawa depuis sept ans à l'identification d'un site approprié et que ses fonctionnaires lui indiquent que Vanier est la seule issue possible. Quand le maire Jim Watson affirme que Vanier est l'unique emplacement possible. Quand depuis sa première élection, Mathieu Fleury a fait de la délocalisation de la basse-ville vers d'autres cieux des services aux itinérants un de ses principaux chevaux de bataille et se vante de son travail au sein de l'appareil municipal pour que ça se fasse. Quand l'Armée du salut affirme qu'elle consulte régulièrement avec la ville et le conseiller de Vanier. Mais là, notre élu s'en prend à notre crédulité. Et porte atteinte à son intégrité publique.

Considérons les retombées structurantes de ce projet. De nombreux nouveaux emplois s'y retrouveraient, y compris ceux de professionnels de la santé bien rémunérés. Des employés chercheraient à s'acheter des maisons à proximité, agissant ainsi en contrepoids à la baisse tant appréhendée, réelle ou fictive, des valeurs. Dans la foulée du nouveau Centre d'accueil autochtone, ce nouvel édifice ajouterait un pilier à la masse critique requise pour transformer le chemin Montréal en artère vivante. Une collaboration stratégique serrée entre les organismes de Vanier et l'Armée du salut engendrerait des solutions porteuses face aux menaces.

Les gens ont raison de craindre les risques, mais ils ne doivent pas sombrer dans l'aveuglement volontaire et le réflexe facile du dénigrement des patients de l'Armée du salut. Le conseiller Fleury doit se convertir en homme d'État qui retransmet toutes les données.

Cela dit, le maire Watson est le grand responsable de cet imbroglio. Il doit activement dépister des alternatives d'emplacement pour l'Armée du salut, comme autour des plaines LeBreton, près de la future bibliothèque municipale. Dans les grands desseins du maire, pourquoi ne pas octroyer à LeBreton une petite composante de mixité « salut-aire » ? Cela ferait en sorte que Vanier ne porte pas une trop grande part de la conscience sociale de la capitale nationale. Et il faut se demander pourquoi le maire Watson et la ville remettent à l'Armée du salut le fardeau de servir ces gens plutôt que de faire de leur traitement une partie intégrale de la planification et de l'action municipales ?

L'auteur, Pierre Leblanc, est conseiller en gestion à Ottawa.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer