À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Il n'y a pas si longtemps...

Où étions-nous lorsque les rôles étaient inversés ? Avons-nous essayé d'aider la Western Quebec School Board ? Avons-nous demandé aux députés de changer le système ? Non, car c'était à notre avantage. En 2010-2011, 2011-2012, 2012-2013, les taxes à WQSB étaient 48 %, 47 % et 35 % plus élevés qu'à la Commission scolaire des Draveurs, jusqu'en 2013-2014 lorsqu'ils ont fait les coupures demandées par Québec.

Comme la CSD ne les a pas faites, à partir de 2014-2015, les écarts ont été de 13 %, 25 %, 42 % et cette année 59 %. à l'avantage de la WQSB.

Claude Landriault, Gatineau

Le nouveau visage du CNA

Peter Herrndorf, le directeur général du Centre national des arts, admet que cette institution doit faire une plus large place à la francophonie, tant en ce qui touche la programmation que le personnel (« CNA : espaces de  dialogues », Le Droit, 30 juin). Au départ, les salles du CNA s'appelaient Opéra, Théâtre et Studio. Ce sera dorénavant Southam, Asper et Azrieli. S'ajouteront la « lanterne » Kipnes, l'atelier Shenkman-Smith, l'atrium O'Brien, la scène Faris, la loge Buhler, la galerie Foster, le pavillon Rossy, la suite O'Born et même l'escalier Thorsteinson. Bienvenue les francophones !

Quels efforts ont été faits pour solliciter des entreprises, des fondations et des philanthropes francophones. Et si on l'a fait, mais sans faire mouche, cela en dit long sur la capacité du CNA à rejoindre la francophonie. 

Autre manifestation des deux solitudes ? 

Après tout... « perception is reality ».

Alain Poirier, Ottawa

Pas en uniforme

Le chef de police Charles Bordeleau ne doit pas porter son uniforme lors du défilé de la Fierté gaie puisqu'il n'est pas en fonction. Cette parade demeure une fête et l'uniforme a une connotation professionnelle. 

Les homosexuels doivent fêter en public pour faire voir qu'ils sont normaux, mais ils se doivent de respecter les professions. 

Carole Roy, via Internet

***

La question du jour

Festin gastronomique en altitude à Ottawa2017 : pourquoi y aller... ou pas ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer