À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Gatineau et la NASA

De passage en Outaouais, j'ai appris qu'à la suite d'un appel d'offres très rigoureux, le circuit extrême destiné à la NASA a été octroyé à la Ville de Gatineau. On y testera les véhicules qu'ils utiliseront sur Mars. Le circuit débute à la rue Saint-Louis de la rue Notre-Dame et via Sabourin l'épreuve -- c'est le bon mot --, se termine sur le boulevard Hurtubise. La dégradation atteinte, on se demande même si les véhicules de la NASA se rendront jusqu'au bout. Alors bravo Gatineau, peu de villes au Québec peuvent se vanter d'avoir une chaussée pareille, idéale pour ces tests extrêmement rigoureux. J'en vibre encore !

Jean Casault, Saint-Augustin de Desmaures

Après Ottawa, Gatineau

Quand je demeurais à Gatineau, j'allais voir jouer les Olympiques à l'aréna Robert-Guertin. Une bonne équipe, de bons entraîneurs mais l'aréna faisait vraiment pitié. On se serait cru au tiers-monde. Depuis que je vis à Ottawa, j'encourage les 67's. Leur amphithéâtre a été rénové. 

Gatineau aura un nouvel aréna. Tranquillement, Gatineau se donne les infrastructures qu'Ottawa possède depuis des décennies. Quand il sera construit, je retournerai  à l'occasion voir jouer les Olympiques et j'amènerai avec fierté mes amis ontariens.

François Smith, Ottawa

En français...sauf au dîner

La municipalité de Cornwall avait assuré à sa population qu'il y aurait toujours du service dans les deux langues officielles pour le contact avec le public. Il n'est pas à la hauteur de ce qui est acceptable pour une ville comme Cornwall. Un jour, cette semaine, j'ai appelé la ville pour obtenir un renseignement. J'ai appuyé sur le 1 pour indiquer que je voulais parler français. Un homme répond...

- I don't speak French. Do you speak English?

- Non.

- Wait a minute, I will get someone.

J'ai attendu ce qui me semblait une éternité pour enfin parler à Manon. Elle semblait croire que c'était tout à fait normal à l'heure du midi. 

Est-ce bien ça la politique de la ville, demander au citoyen de parler anglais ?

Michèle Chauvin-Bourdon, Cornwall

***

La question du jour

Faut-il craindre une recrudescence de la violence armée à Ottawa après les quelques fusillades au cours du dernier mois?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer