À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Laissés à eux-mêmes

Le milieu des condominiums au Québec est vraiment en piteux état. C'est le constat des spécialistes, en particulier le Regroupement des copropriétaires et gestionnaires du Québec qui depuis des années demande au gouvernement de légiférer sur la construction et la gestion d'immeubles de condos, en particulier sur la mise en place indispensable d'un fonds de prévoyance adéquat. Les acheteurs de condos n'ont la plupart du temps aucune compétence en matière de gestion d'immeuble. Ils s'en remettent donc à un gestionnaire qui dans la plupart des cas sont incompétents. 

Il n'existe aucune réglementation ni ordre professionnel pour assurer leur compétence et protéger les propriétaires. N'importe qui peut donc s'improviser gestionnaire et c'est exactement ce qui se passe.

Les constructeurs de condominiums font tout ce qu'ils peuvent pour leurrer les acheteurs sur les coûts réels reliés à la copropriété. Les acheteurs de condo doivent dans un premier temps faire face à de nombreux litiges résultant d'une qualité de construction déficiente, ensuite ils réalisent qu'ils ont été bernés sur les coûts et trop souvent ils sont incapables de s'ajuster. Pourquoi une telle aversion à réglementer ?

Les propriétaires de condos ont un grand et urgent besoin de cette protection !

Yves Rioux, Gatineau

Les dés sont pipés

La conseillère Louise Boudrias a parfaitement raison de demander plus d'endroits pour signer le registre sur le projet de l'aréna Robert-Guertin. Le maire Maxime Pedneaud-Jobin et le président du comité exécutif Gilles Carpentier ont beau se cacher derrière la greffière, ils oublient d'être logiques : 14 363 signatures en 100 h signifient 144 signatures à l'heure alors que l'accès aux deux endroits désignés ne permet pas un tel volume de participation. De plus, ils obligent les citoyens de Buckingham, Masson-Angers et Aylmer de se déplacer vers les secteurs Hull et Gatineau afin d'exercer leur droit de contestation.

La soi-disant économie de 33 millions $ est brandie sans que la preuve en soit faite. Le tout pendant les grandes célébrations nationales...

Vive la démocratie gatinoise !

Marcel Proulx, Gatineau

***

La question du jour

Quel est votre bilan de la session parlementaire à Ottawa? Que doit-on retenir en priorité des derniers mois?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer