À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bâillonnée

La professeure Louise Briand n'a fait que jouer son rôle en posant des questions tout à fait légitimes sur la façon de distribuer les sous à l'Université du Québec en Outaouais (Le Droit, 25 mai). Elle aurait mis des gens mal à l'aise avec ses questions. Quel est le rôle du conseil d'administration si ce n'est que de questionner les orientations budgétaires ? Le Comité de gouvernance et de déontologie l'a relevée de ses fonctions sur la foi d'une plainte anonyme d'un membre de ce conseil. En plus, Mme Briand n'a même pas eu la chance d'être entendue par ce comité. 

Je suis outré que l'UQO veuille bâillonner Mme Briand. Ce n'est pas digne d'une institution d'enseignement supérieur. Le conseil d'administration doit la réintégrer dans ses fonctions et lui formuler des excuses pour avoir agi ainsi.

Gilles Parent, Membre de l'Association des diplômées-diplômés de l'UQO

Un moment opportun

Le Bureau de l'ombudsman célébrera bientôt ses 10 ans. L'article «Agendas politiques cachés» (Le Droit, 25 mai) évoque par ailleurs des tensions entre le Bureau et l'administration de la Ville. 

Doit-on parler de crise ou d'une occasion opportune de réfléchir à la nécessité d'accorder plus de pouvoirs et de moyens au Bureau? Pouvoir d'initier des enquêtes administratives? Possibilité d'agir comme médiateur ? Plus de soutien administratif ? Avantages à loger le Bureau à l'extérieur des bureaux de la Ville ? 

Au fil des ans les présidents et commissaires bénévoles nommés par le conseil municipal ont réussi à traverser diverses administrations en maintenant un préjugé favorable aux citoyens et en faisant plusieurs suggestions pour améliorer les relations entre les citoyens et la bureaucratie municipale qui doit adapter ses procédures et façons de faire à la nécessaire transparence des administrations publiques modernes.

Il est important que les citoyens, les élus et les candidats qui se pointent pour l'élection de novembre, participent à la réflexion et contribuent à enrichir la discussion. La tension est saine et créatrice. Au lieu  de parler d'une crise, profitons surtout d'une belle occasion pour la Ville de Gatineau.

Denis Carrier, Gatineau

***

La question du jour

Le conseiller Denis Tassé prépare sa candidature pour la course à la mairie de Gatineau: qu'en pensez-vous?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer